Compétences Technologue en génie métallurgique près de Vancouver (BC)

Voici les compétences généralement requises pour exercer le travail de technologue en génie métallurgique au Canada. Les compétences fournies s’appliquent à l’ensemble des Technologues et techniciens/techniciennes en géologie et en minéralogie (CNP 2212).

Tâches

  • Effectuer ou diriger des levés ou des programmes de levés
  • Aider à l'évaluation et à l'analyse des réserves de pétrole et de minéraux
  • Préparer des échantillons de roches, de minéraux ou de métal ou en surveiller la préparation
  • Aider à la préparation d'échantillonnage de roches, de minéraux et de métaux
  • Effectuer des essais chimiques et physiques en laboratoire
  • Surveiller le forage, la complétion et le reconditionnement de puits de pétrole ou de gaz
  • Effectuer des études se rapportant au développement minier ou en surveiller l'exécution
  • Préparer des notes, des croquis, des cartes géologiques et des coupes transversales
  • Aider dans les études hydrogéologiques, sur place et en laboratoire
  • Effectuer ou participer à l'exécution de vérifications environnementales, à la conception de mesures visant à minimiser les effets néfastes sur l'environnement des exploitations minières ou pétrolières et gazières

Habiletés et connaissances

Consultez la liste des habiletés et connaissances habituellement requises pour exercer cette profession.

Compétences essentielles

Voyez comment les 9 compétences essentielles s’appliquent à cette profession. Cette section sera mise à jour bientôt.

Lecture
  • Lire les instructions et les mises en garde sur les étiquettes de produits chimiques utilisés dans le travail en laboratoire. (1)
  • Lire les messages électroniques de collègues de travail, de clients et d'entrepreneurs sur divers sujets. Recevoir, par exemple, de courts messages électroniques demandant un conseil, précisant des changements à l'horaire et confirmant le résultat d'analyse. Les messages électroniques peuvent être plus longs et donner les détails d'un projet, tels que les procédures de décontamination de sites miniers désaffectés. (2)
  • Lire des manuels et des livres tels que l' «American Society of Metals Handbook» ou le «Guide de la Commission géologique du Canada» pour mieux se renseigner sur les mises au point dans le secteur de l'exploitation et de la production de ressources minières et pétrolières. (3)
  • Lire diverses lois provinciales et fédérales portant sur certains aspects du travail, par exemple l'exploration, l'exploitation des ressources, l'assainissement de sites, le transport des marchandises dangereuses, les normes d'emploi et l'élimination des déchets. Lire, par exemple, la «Loi canadienne sur la protection de l'environnement», qui comporte des règlements dont l'objectif est de prévenir la pollution et de protéger l'environnement et la santé humaine. (4)
  • Lire des rapports volumineux qui offrent des descriptions détaillées de projets futurs d'exploration, d'exploitation minière, de forage et d'assainissement. Lire, par exemple, des rapports géologiques qui expliquent la topographie et la géologie des sites d'exploration et de développement, des rapports d'utilisation qui décrivent les résultats d'analyse d'échantillons de minéraux et de pétrole et des rapports relatifs à la contamination, qui décrivent des sites pollués et recommandent des mesures d'assainissement. (4)
Utilisation de documents
  • Vérifier les étiquettes sur les produits chimiques de laboratoire ou les échantillons de sol et d'eau pour connaître les substances recueillies, leur quantité, leur poids ainsi que les dates et les lieux de la cueillette. (1)
  • Revoir la liste des contaminants possibles et vérifier la liste de contrôle des directives de sécurité, y compris les renseignements pour joindre les personnes-ressources en cas d'urgence. (1)
  • Utiliser des tableaux pour consigner des données d'analyse et des mesures, tel que les résultats de flottation, les niveaux de pH, les valeurs de composition chimique et les poids. Consulter aussi des tableaux de données géologiques, hydrologiques ou métallurgiques pour comparer les résultats des analyses aux données consignées antérieurement. (2)
  • Revoir les horaires de travail pour surveiller les échéanciers de projet et effectuer les modifications afin de prévenir les retards ou d'en tenir compte. (2)
  • Lire les fiches établies par les personnes chargées de consigner les données. Revoir, par exemple, les données de diagraphie pour relever diverses caractéristiques telles que les niveaux, les débits, les températures et la pression. (3)
  • Remplir différents formulaires de sécurité ou réglementaires, par exemple le formulaire relatif à l'achèvement d'un puits et le formulaire d'évaluation des ressources, les rapports d'incident et d'accident. (3)
  • Schématiser des données sous forme de graphiques et les analyser pour relever des constantes géophysiques qui touchent les activités d'exploration et l'utilisation du sol. Analyser, par exemple, analyser les graphiques de relevés sismiques qui indiquent les dimensions et la profondeur des structures souterraines. Relever sur les graphiques les pics qui peuvent indiquer des anomalies géophysiques ou minérales et les utiliser pour prédire la viabilité de l'exploration des ressources. Analyser les hydrogrammes pour mesurer le débit de sortie des rivières et des sources pour comprendre les effets des nouveaux systèmes de drainage et les changements dans l'utilisation du sol. (4)
  • Étudier des dessins à l'échelle et des modèles générés par ordinateur des formations de surface ou souterraines. Analyser, par exemple, les coupes transversales des couches géologiques pour déterminer l'épaisseur des couches de sol, d'argile et de roc ou étudier les coupes transversales des puits de mine pour déterminer le gisement de minerai restant. Parcourir les dessins pour déterminer la densité, la composition et la porosité des différentes couches souterraines ainsi que les formations productives et leur emplacement. (4)
  • Analyser et prendre des mesures en se basant sur des cartes topographiques et géologiques. Étudier les cartes pour déterminer les caractéristiques géologiques des aspects du terrain susceptibles d'indiquer la présence de ressources naturelles, et les comparer à d'autres sources de données existantes. Certaines cartes, par exemple les cartes de sites contaminés, sont très détaillées et montrent les courbes de niveau, les élévations, les angles, les surfaces libres de la nappe, les bâtiments, les clôtures et la canalisation souterraine. (4)
  • Étudier, au besoin, des photographies aériennes pour recueillir des renseignements sur les sites de prospection pétrolière et gazière. (4)
Rédaction
  • Rédiger de courts messages électroniques destinés aux collègues, aux fournisseurs et aux clients pour les tenir au courant de l'avancement des projets. (1)
  • Enregistrer les observations, les commentaires, les notes portant sur les emplacements, les résultats inhabituels, les protocoles d'échantillonnage et les problèmes qui surgissent pendant les recherches sur le terrain ou au moment d'effectuer des analyses en laboratoire. Utiliser ces notes consignées sur le terrain ou en laboratoire comme aide-mémoire pour rédiger des rapports. (2)
  • Rédiger, au besoin, le procès-verbal des réunions sur la sécurité. Utiliser un document modèle pour rédiger les procès-verbaux des réunions, dans lequel on peut rédiger de courtes notes sous forme de tableau pour faciliter la consultation ultérieure. (2)
  • Rédiger, au besoin, certaines procédures particulières à l'entreprise concernant l'utilisation du nouvel équipement, en sélectionnant et en modifiant des directives antérieures publiées dans les manuels d'utilisation. Structurer les procédures de façon qu'on puisse les suivre facilement. (3)
  • Rédiger, au besoin, à l'intention des clients des rapports d'étape exposant les détails des travaux achevés et des recommandations. Décrire, mettre en évidence et expliquer les données contenues dans les rapports. Rédiger ces rapports dans un langage clair et simple pour que les gestionnaires, les clients et le public en général puissent en saisir le sens. (4)
  • Rédiger, au besoin, des rapports d'analyse de défaillance métallurgique. Étayer les objectifs, les procédés, les conclusions et les résultats liés à la recherche. Ces rapports font état des résultats obtenus en laboratoire, des causes essentielles de la mauvaise qualité et des anomalies, et proposent des mesures correctives. (4)
CalculCalculs monétaires
  • Préparer les demandes d'indemnités de voyages d'affaires. Calculer les indemnités de voyage en additionnant les frais de déplacement selon le kilométrage, plus l'indemnité quotidienne et les frais de voyage additionnels. (2)
Calendriers des budgets et des opérations comptables
  • Vérifier, au besoin, les budgets relatifs à l'équipement et aux fournitures de laboratoire. Faire le suivi des coûts du matériel et des quantités nécessaires afin de respecter les budgets établis par l'organisation. (2)
  • Établir et vérifier, au besoin, les budgets de gros projets au sein du service. Établir le budget relatif aux coûts en matériel, aux taux horaires des employés et aux services obtenus en sous-traitance. Examiner, au besoin, les soumissions des fournisseurs afin de comparer les prix, la qualité et la disponibilité des ressources. S'assurer que le travail est terminé avant de recommander le paiement final. Comparer les dépenses réelles aux montants inscrits au budget et expliquer tout écart. (3)
Mesures et calculs
  • Mesurer les niveaux d'eau souterraine au moyen des indicateurs de niveau d'eau. (1)
  • Peser les échantillons de roche, de sol et de particules au moyen de balances. Additionner, au besoin, le poids de tous les échantillons pour s'assurer qu'on ne dépasse pas la capacité de poids maximum des véhicules de transport. (2)
  • Mesurer l'épaisseur des échantillons de roche au moyen de micromètres. (2)
  • Préparer les solutions en vue des analyses de laboratoire et de l'attaque métallographique. Calculer, par exemple, les quantités de produits chimiques nécessaires pour fabriquer des solutions d'acétate d'ammonium. (2)
  • Calculer le débit et les niveaux de base des cours d'eau, des bassins et des puits au moyen des mesures relevées par les compteurs d'eau, les jauges de cours d'eau et les mesureurs de vitesse. (3)
  • Mesurer les dimensions des formations rocheuses géologiques, les fractures sous contrainte, les failles et les filons minéraux au moyen d'équipement spécialisé, par exemple les théodolites et le système mondial de localisation. Prendre de nombreuses mesures et lectures de compas pour connaître les élévations, l'orientation et les angles de ces structures. (3)
  • Mesurer les dimensions de sites au moment de préparer des demandes d'occupation de terrain ou de recueillir des échantillons rocheux ou pétroliers. Calculer les surfaces en se basant sur les mesures et établir des grilles de calcul pour tous les sites d'échantillonnage. Calculer, au besoin, les volumes de déchets rocheux qui doivent être enlevés, et du tonnage de minerai à extraire. (3)
Analyses des données numériques
  • Déterminer à partir des analyses de laboratoire les quantités de contaminants dans le sol et l'eau et suivre la progression du traitement de la biorestauration conformément aux directives réglementaires du gouvernement. (2)
  • Comparer les données de mesure aux tableaux statistiques et aux graphiques pour déterminer si les échantillons correspondent aux normes. Caractériser, au besoin, les propriétés mécaniques des échantillons de minerai en calculant la moyenne des résultats de plusieurs essais de dureté. (2)
  • Analyser les données au moyen de deux variables mesurables. Analyser, par exemple, la porosité de la roche en mesurant les distances et les hauteurs à partir de points d'eau connus. Utiliser ces analyses pour déterminer les types de sédiments, les porosités et les possibilités d'exploitation des ressources. (3)
  • Comparer, s'il y a lieu, les données de production aux valeurs de contrôle de la qualité afin de circonscrire et d'évaluer les problèmes de production. Utiliser, s'il y a lieu, par exemple, les lectures de température et d'humidité pour déterminer les variables susceptibles d'engendrer des défaillances. (3)
  • Analyser les données géologiques, environnementales et métallurgiques pour déterminer les sites viables d'exploitation des ressources et pour évaluer les facteurs environnementaux. Analyser, s'il y a lieu, par exemple, les taux de débit et les volumes d'un bassin sur une période donnée pour déterminer la quantité d'eau que l'on peut en retirer sans nuire à la qualité de l'eau. (3)
  • Prévoir les résultats en comparant les données antérieures aux données actuelles. Établir, par exemple, des projections par rapport à l'écoulement de surface en analysant les mesures actuelles et en tenant compte de changements probables tels que le développement urbain. Utiliser ces projections pour déterminer les mesures nécessaires en vue de contrer les répercussions néfastes sur l'environnement. (4)
Calcul approximatif
  • Évaluer le temps nécessaire à l'exécution des projets. Les estimations peuvent varier en fonction de la taille des projets et de la nécessité de recourir à l'avis d'experts. Fonder les estimations sur l'expérience acquise dans l'exécution de projets analogues. (2)
  • Déterminer à quelle profondeur il faut forer pour atteindre le pétrole, le gaz, le minerai ou l'eau. (2)
  • Estimer la superficie du terrain qui fait l'objet de la demande d'occupation. Effectuer, au besoin, des mesures approximatives à partir de photographies aériennes ou en marchant autour du périmètre des sites. (2)
  • Estimer, s'il y a lieu, la valeur des gisements de pétrole et de minerai. Examiner les types et les quantités de ressources, leur emplacement et la facilité avec laquelle il est possible de les exploiter. Estimer également, au besoin, le taux de retour basé sur les coûts annuels de production. (3)
Communication verbale
  • Communiquer avec les entrepreneurs pour préciser des directives et fournir des indications relatives aux travaux d'excavation sur les chantiers. (1)
  • Déléguer des tâches et fournir les renseignements et l'orientation nécessaire aux employés supervisés. Expliquer, par exemple, les procédures d'essai aux étudiants et aux techniciens subalternes et leur montrer à régler l'équipement de traitement des minéraux. (2)
  • Communiquer, au besoin, les consignes de sécurité aux employés qui sont exposés à des produits chimiques dangereux ou qui utilisent de l'équipement dangereux sur les chantiers d'excavation ou d'exploration. Leur expliquer les risques liés à la sécurité et les procédures à suivre en cas d'accident ou d'incident. (3)
  • Examiner les résultats d'analyses et obtenir l'opinion des superviseurs quant au déroulement des projets. Fournir, par exemple, au besoin, leurs analyses des rapports de puits et de trou de forage, et des données sismiques aux géologues, et obtenir leur opinion quant à la possibilité de découvrir diverses ressources. (3)
  • Échanger des renseignements avec les responsables de la réglementation des ministères provinciaux et fédéraux pour signaler les découvertes. Examiner les engagements relatifs à la conservation des ressources et négocier les directives en matière de développement. (3)
  • Présenter aux clients les résultats des essais et les autres données relatives aux projets. Formuler des recommandations et utilisent souvent un langage accessible pour aider les clients à saisir le sens du vocabulaire technique. Présenter, par exemple, les résultats d'enquêtes sur la contamination du sol et les données qui appuient leurs conclusions. (3)
  • Discuter de l'échéancier des projets et les délais avec les collègues de l'équipe de projet. Proposer des solutions aux problèmes et déterminer les mesures nécessaires pour mener les projets à terme. Suggérer, par exemple, de revoir l'échéancier des travaux de l'entrepreneur en raison des mauvaises conditions météorologiques. (3)
Capacité de raisonnementRésolution de problèmes
  • Constater que l'équipement de laboratoire et les instruments d'analyse ne fonctionnent pas correctement. Consulter les guides de l'utilisateur pour obtenir le mode d'emploi et tenter eux-mêmes de réparer l'équipement. Appeler les techniciens du service technique en cas d'échec pour réparer les défectuosités. (2)
  • Se sentir désorientés quand ils travaillent en région éloignée. S'orienter en identifiant les caractéristiques topographiques consignées dans leurs registres et utilisent des compas et des cartes pour retrouver le chemin de leur base. (2)
  • Éprouver, à l'occasion, de la difficulté à situer les repères précis sur les chantiers parce que les cartes sont de mauvaise qualité ou périmées. Vérifier l'emplacement géographique auprès de collègues de travail et tenter de déterminer quels sont les repères en vue. (2)
  • Rassembler plus de renseignements contextuels et retourner aux chantiers pour recueillir d'autres échantillons si la disposition de données est insuffisante pour mener à terme les enquêtes et les évaluations sur les chantiers. (2)
  • Se voir interdire, à l'occasion, l'accès aux chantiers par les propriétaires ou les organismes gouvernementaux. Examiner les cartes pour découvrir d'autres routes d'accès possibles et communiquer avec leur superviseur pour obtenir des conseils sur la façon de procéder. (2)
  • Traiter, à l'occasion, avec des clients qui éprouvent de la réticence à accepter les conclusions des essais. Effectuer des essais supplémentaires pour confirmer leurs données probantes. (3)
Prise de décision
  • Déterminer l'itinéraire pour se rendre sur les lieux d'exploration afin de réduire au minimum les dommages à l'environnement et les inconvénients pour les propriétaires. Consulter des cartes, tenir compte de la présence des trajets migratoires des animaux et terres cultivables, et examiner les façons d'éviter les conflits. (2)
  • Déterminer l'équipement de laboratoire qu'il convient d'acheter et recommander l'achat de matériel en fonction de sa qualité et de son coût. (2)
  • Déterminer quel équipement et quelles fournitures apporter aux camps de base des chantiers en région éloignée. L'équipement et les fournitures choisis dépendent de la nature de l'exploration, du nombre de personnes présentes sur le site, de la durée des projets, des conditions environnementales et du coût de transport. Le fait de ne pas emporter les fournitures essentielles peut nuire aux activités d'exploration, voire empêcher leur déploiement. (2)
  • Déterminer les méthodes à utiliser pour préparer les échantillons aux fins d'analyse. Choisir de maximiser les variations dans l'échantillonnage des essais par coupage, broyage, polissage ou attaque métallographique selon la quantité de renseignements nécessaires. (2)
  • Déterminer à quel endroit recueillir les échantillons et leur quantité. Consulter des cartes topographiques et utiliser les connaissances dont on dispose sur des structures et des anomalies géologiques pour déterminer les roches et le sol qui sont le plus susceptibles de fournir les meilleurs renseignements sur les formations souterraines. Un échantillonnage judicieux est essentiel au travail; le mauvais choix de sites d'échantillonnage produira de piètres données. (3)
  • Déterminer les processus de décontamination efficaces liés à des risques précis. Choisir les méthodes d'assainissement après avoir examiné la géologie des sites, les propriétés des contaminants, l'étendue de la contamination, les utilisations actuelles du sol et les directives prévues dans les règlements. (3)
Pensée critique
  • Décident des routes d¿accès à prendre afin d¿atteindre les lieux où ont lieu les relevés afin de minimiser les dommages à l¿environnement et les désagréments causés aux propriétaires de terrains. Ils regardent des cartes, prennent en considération la présence de voies migratoires d¿animaux et de terres cultivables et cherchent des moyens d¿éviter les conflits. (2)
  • Décident de l¿équipement de laboratoire à acheter ou à recommander pour l¿achat, selon la quantité et les coûts. (2)
  • Décident de l¿équipement et des fournitures à apporter dans les camps situés en régions éloignées. L¿équipement et les fournitures choisis dépendent de la nature des explorations, du nombre de personnes sur place, de la durée des projets, des conditions environnementales et des coûts liés au transport. Ne pas apporter les fournitures appropriées peut entraver ou empêcher les activités d¿exploration. (2)
  • Décident des méthodes à utiliser pour préparer les échantillons en vue de leur analyse. Selon la quantité d¿information exigée, ils peuvent choisir de maximiser les variations dans les échantillons en coupant, meulant ou en polissant les échantillons ou en les gravant à l¿eau forte. (2)
  • Décident des endroits où prélever les échantillons et du nombre d¿échantillons à prélever. Ils consultent des cartes topographiques et utilisent leurs connaissances des structures et des anomalies géologiques pour déterminer quelles pierres et quels sols sont susceptibles de donner la meilleure information quant aux formations souterraines. Un bon échantillonnage est essentiel à leur travail et le fait de choisir des sites d¿échantillonnage inappropriés entraînera des données de mauvaise qualité. (3)
  • Décident quels procédés de décontamination sont efficaces contre des dangers particuliers. Ils choisissent les traitements après avoir pris en considération la géologie des sites, les propriétés des contaminants, l¿étendue de la contamination, l¿utilisation actuelle des terres et les lignes directrices relatives à la règlementation. (3)
Planification et organisation du travail

Planification et organisation de leur travail

Les technologues et les techniciens en géologie et minéralogie doivent organiser leurs tâches et atteindre leurs objectifs de travail sous la direction de géologues et d'ingénieurs. Ils travaillent souvent à plus d'un projet en même temps et planifient leurs tâches de façon hebdomadaire ou mensuelle. La planification de leurs tâches et le processus d'organisation de leurs responsabilités dépendent de leur domaine de spécialisation, des exigences du projet, de la taille de l'entreprise pour laquelle ils travaillent et de l'époque de l'année. Par exemple, certains technologues et techniciens travaillent sur les chantiers en fonction de quarts de travail tandis que d'autres travaillent au bureau à saisir des données et à les analyser. Bon nombre d'entre eux répartissent leur temps entre le bureau et le terrain. Ils modifient également leurs plans pour coordonner leurs tâches avec celles des entrepreneurs. (3)

Planification et organisation du travail des autres

Les technologues et les techniciens en géologie et minéralogie collaborent avec leur superviseur au processus de planification stratégique et ils émettent des commentaires sur les échéanciers et les budgets des projets. Ils peuvent coordonner les horaires de travail des membres de l'équipe, attribuer des tâches et superviser les tâches des employés, tant au bureau que sur les chantiers. (3)

Utilisation particulière de la mémoire
  • Garder en mémoire le type d'équipement utilisé dans le traitement des échantillons au cours de projets antérieurs. Se souvenir des problèmes ou des anomalies qui se sont présentés au cours de processus antérieurs et utiliser leurs connaissances pour la réalisation des projets actuels.
  • Garder en mémoire le nom des personnes-ressources, leurs postes et les responsabilités qu'elles assument, afin de faciliter la communication.
  • Garder en mémoire les numéros de projets pour avoir rapidement accès aux dossiers qui s'y rapportent.
Recherche de renseignements
  • Consulter des géologues et des ingénieurs spécialisés dans différents domaines ayant trait à différentes caractéristiques des projets en cours. Obtenir, par exemple, des conseils sur les sources d'accès à des emplacements d'explorations antérieures ou sur la manière de procéder à l'échantillonnage de certains minéraux. (2)
  • Obtenir des renseignements précis de nature géologique et sur les minéraux en consultant des sites Web et des bases de données accessibles dans Internet. Consulter, par exemple, les sites Web des gouvernements provinciaux pour des recherches relatives à l'accès à l'information, pour situer l'emplacement de projets d'exploration et pour consulter les résultats relatifs à la production des puits existants. (2)
  • Obtenir de l'information sur la géologie et la géographie des sites d'exploration au moyen de photographies aériennes, d'études antérieures, de levés et de cartes topographiques. Déterminer, par exemple, les régions qui reçoivent des chutes de neige abondantes afin de choisir les sites de conservation de l'eau. (3)
Technologie numérique
  • Utiliser un logiciel graphique. Utiliser, par exemple, un logiciel de présentation pour créer des diapositives avec texte, des graphiques et des illustrations. (2)
  • Utiliser un logiciel de communication. Utiliser, par exemple, des programmes de courrier électronique pour communiquer avec les collègues de travail, les clients et les membres de l'équipe, et envoyer et recevoir des documents joints au message, tels que des cartes et des fichiers. (2)
  • Utiliser Internet. Utiliser, par exemple, les navigateurs Internet pour faire des recherches sur les mises à niveau de l'équipement, télécharger des politiques gouvernementales, consulter des cartes et imprimer des documents de référence. (2)
  • Utiliser un logiciel de traitement de texte. Rédiger des lettres, par exemple, créer des plans de projet et préparer des rapports au moyen de logiciels de traitement de texte comme Word et Word Perfect. Insérer des tableaux, des graphiques, des dessins dans les rapports plus volumineux. (3)
  • Utiliser un logiciel de base de données. Créer, par exemple, des bases de données pour stocker des cartes, trouver et modifier des renseignements relatifs au projet, tels que les feuilles de temps, les listes de tâches et les dates d'achèvement des travaux. (3)
  • Utiliser des tableurs. Établir, par exemple, des échéanciers de projet et en faire le suivi, vérifier les budgets, réaliser des tableaux et des graphiques à partir de données d'essai et compiler des statistiques. Insérer des formules dans les tableurs pour effectuer des calculs automatiquement. (3)
  • Utiliser d'autres applications sur ordinateur et d'autres applications logicielles. Exporter, par exemple, exporter des données d'appareils photos numériques et utiliser des logiciels d'imagerie pour analyser les renseignements relatifs à l'échantillonnage. Les systèmes logiciels permettent de mesurer les dimensions, de manipuler les images, de créer des cartes, d'insérer des données sur l'exploration et d'afficher les résultats. Utiliser également, au besoin, un logiciel d'ingénierie minière. (3)
Renseignements supplémentairesAutres compétences essentielles :

Travail d'équipe

Les technologues et techniciens en géologie et minéralogie travaillent en collaboration avec des géologues, des ingénieurs, d¿autres technologues et techniciens ainsi que d¿autres membres du personnel qui travaillent sur le même projet. Ils passent une partie de leur temps à créer des cartes et à analyser des données de recherche pour aider les géologues, les ingénieurs et d¿autres membres de leur équipe. Ils peuvent effectuer du travail sur le terrain et recueillir des échantillons de façon autonome. (3)

Formation continue

Les technologues et les techniciens en géologie et minéralogie effectuent leur apprentissage dans des instituts de technologie, des collèges, des universités et au moyen d'ateliers en milieu de travail offerts par leur employeur. La formation est à la fois entreprise de façon autonome et encouragée par l'employeur. Par exemple, ils peuvent obtenir une formation axée sur l'utilisation de nouveaux logiciels ou sur la mise à niveau de logiciels. Ils acquièrent également de nouvelles connaissances en communiquant avec leurs collègues de travail et leurs pairs, en lisant des livres, des manuels, des rapports et des revues spécialisées. (2)

Sondage à propos de l’information sur le marché du travail
Date de modification :