Compétences Apprenti peintre-décorateur/apprentie peintre-décoratrice en construction industrielle près de Calgary (AB)

Voici les compétences généralement requises pour exercer le travail d’apprenti peintre-décorateur/apprentie peintre-décoratrice en construction industrielle au Canada. Les compétences fournies s’appliquent à l’ensemble des Peintres et décorateurs/décoratrices (sauf décorateurs/décoratrices d'intérieur) (CNP 7294).

Expertise

Les personnes qui exercent cette profession font habituellement appel aux compétences suivantes.

  • Préparer, nettoyer et sabler les surfaces à peindre
  • Boucher les fissures et les trous
  • Mélanger la peinture afin d'obtenir la couleur et la texture désirées
  • Mesurer, couper et poser du papier peint ou du tissu sur des murs
  • Conseiller les clients sur l'agencement des couleurs ou le choix de revêtements muraux
  • Assembler, ériger et amarrer des échafaudages, y compris des échafaudages volants
  • Appliquer de la peinture, du papier peint et d'autres matériaux et revêtements de finition sur les surfaces intérieures et extérieures

Habiletés et connaissances

Consultez la liste des habiletés et connaissances habituellement requises pour exercer cette profession.

  • Habiletés

  • Bâtiment Aide - Bâtiment
    • Faire la finition intérieure ou extérieure des immeubles
    • Restaurer et réparer
  • Analyse Aide - Analyse
    • Prévoir les résultats
    • Analyser des renseignements
    • Planifier
  • Communication Aide - Communication
    • Fournir des services-conseils et des consultations

Compétences essentielles

Voyez comment les 9 compétences essentielles s’appliquent à cette profession. Cette section sera mise à jour bientôt.

Lecture
  • Lire des avis et des notes de service de la compagnie, expliquant en détail des changements survenus à la compagnie ou aux politiques relatives à la sécurité. (1)
  • Lire les étiquettes sur des équipements tels que le matériel de pulvérisation. Ce facteur est particulièrement important pour le dépannage, le montage du matériel ou son utilisation pour la première fois, ce qui peut exiger des connaissances générales acquises dans un cours de formation technique ou un stage donné par la compagnie. (2)
  • Lire les étiquettes des contenants de peinture pour déterminer quel type de diluant employer, la superficie en pieds carrés couverte par un contenant d'un gallon, ainsi que l'opacité. L'étiquette peut lui permettre aussi de comparer un produit à un autre, et ainsi de déterminer le meilleur produit à utiliser. Par exemple, il doit déterminer s'il s'agit d'un apprêt diluable à l'eau, ayant une bonne adhérence. Les étiquettes peuvent aussi contenir des tableaux et des graphiques qui exigent souvent des connaissances générales pertinentes. (2)
  • Lire les permis sur le chantier qui précisent les endroits accessibles ou interdits aux ouvriers, en raison des politiques de l'entrepreneur général et des règlements de sécurité. (2)
  • Lire les Fiches techniques de santé-sécurité (FTSS), pour bien comprendre les exigences relatives aux précautions à prendre et à l'équipement de sécurité requis pendant l'utilisation d'un matériel particulier. (3)
  • Lire les instructions accompagnant les produits et les équipements comme les masques à filtre, pour s'assurer d'utiliser les filtres ou les produits appropriés à la situation. Ces instructions contiennent des diagrammes, des photographies, des dessins d'assemblage, des schémas, des tableaux d'identification des pièces, et les numéros de référence des pièces, et elles exigent par conséquent l'obtention de renseignements de Fiches techniques santé-sécurité (FTSS). (3)
  • Lire les règlements relatifs à la santé et la sécurité au travail pour déterminer les méthodes de travail appropriées et sécuritaires, comme l'utilisation des dispositifs anti-chute et des échelles appropriées. Cela peut exiger de repérer, de survoler, d'examiner et de synthétiser des renseignements provenant de plusieurs articles des règlements. (3)
  • Lire les évaluations des dangers énumérant tous les risques possibles et les mesures à prendre pour se protéger. Les peintres et les décorateurs peuvent donc avoir à consulter des FTSS spécifiques, des manuels d'utilisation d'équipement et des brochures de la Commission des accidents du travail, pour ensuite faire la synthèse de tous ces renseignements. (3)
  • Lire les règlements sur la santé et la sécurité au travail, ainsi que les guides sur la sécurité relativement à des sujets tels que les espaces clos, les allergies au latex et les substances chimiques. Une telle lecture peut être exigée dans un chantier particulier ou se faire de façon indépendante. Cela exige de repérer, lire et bien comprendre les textes pertinents, utiliser des connaissances générales, faire des déductions et intégrer tous ces renseignements. (3)
Utilisation de documents
  • Lire les listes de matériaux. (1)
  • Consigner les listes de matériaux utilisés sur le chantier pour bien tenir les archives et pour référence ultérieure, par exemple, lors de travaux d'entretien. (1)
  • Remplir chaque semaine les feuilles de temps en indiquant des renseignements sur le lieu de travail et le temps consacré à un travail, ainsi qu'une liste des travaux accomplis et du temps consacré à chaque travail. (2)
  • Consigner les numéros de lot, les températures, les durées de séchage, les conditions météo, les niveaux d'humidité et la direction du vent sur les chantiers industriels, car tous ces facteurs ont une influence sur le séchage du revêtement. Ces dossiers peuvent servir à remédier à des problèmes futurs. (2)
  • Utiliser des graphiques et des illustrations jointes aux instructions relatives aux masques à filtre et à d'autres produits, pour s'assurer qu'ils ont été assemblés correctement. (2)
  • Lire des tableaux pour déterminer les limites d'exposition à différents produits chimiques et pour choisir des filtres d'un respirateur. (2)
  • Se reporter aux codes de couleur sur les bleus, pour déterminer quel revêtement et quelle couleur appliquer sur un mur, une porte, une garniture, etc. Dans le cas d'un travail d'une ampleur particulière, on peut utiliser jusqu'à 21 matériaux différents. (2)
  • Se reporter aux bleus pour déterminer quelle couleur et quel type de revêtement employer à un endroit particulier. Il faut donc connaître les symboles et les systèmes de numérotation des bleus. (3)
Rédaction
  • Signer des reçus pour des matériaux reçus. (1)
  • Rédiger une liste des travaux à exécuter et leur séquence d'exécution. (1)
  • Remplir et signer des feuilles de temps pouvant contenir une liste des travaux effectués et le temps consacré à chacun d'eux. (2)
CalculMesures et calculs
  • Mesurer des quantités de peinture, de diluant, de solvant et d'époxy. (1)
  • Additionner des heures de travail sur une feuille de temps, pour s'assurer que tout correspond. (1)
  • Convertir des unités métriques ou impériales pour calculer des superficies, en tenant compte des portes et des fenêtres, du nombre de couches ou du type de motif sur le papier peint, pour permettre le calcul des matériaux nécessaires. (2)
  • Calculer, à l'aide des ratios, le poids pouvant être supporté sans risque par un échafaudage volant ou un monte-personne. Il existe une formule, mais les peintres expérimentés sont capables de faire une estimation précise. (3)
Calcul approximatif
  • Estimer la quantité de peinture ou de teinture nécessaire à l'exécution d'un travail. (1)
  • Estimer le temps nécessaire à l'exécution d'une tâche ou d'un travail au complet. Un travail est d'autant plus complexe qu'il est important et que le nombre d'ouvriers de l'équipe augmente. (2)
Communication verbale
  • Discuter avec des collègues de travail pour décider qui fera quoi, dans quelle séquence et de quelle façon, de sorte que le travail s'effectue efficacement, avec peu ou pas de temps d'arrêt et sans aucune couche supplémentaire. Par exemple, si plusieurs collègues sont occupés à peindre un certain nombre de portes de la même couleur dans le même couloir, ils doivent décider s'ils utiliseront un pinceau ou un rouleau pour que toutes les portes aient la même apparence. (1)
  • Poser des questions à d'autres peintres ou chefs de chantier, tout en répondant à des questions posées par des apprentis et des collègues à propos de matériaux, de méthodes de préparation ou d'application, ce qui signifierait qu'il faudrait donner des explications sur des nouvelles méthodes, ou sur la raison pour laquelle un produit a été choisi plutôt qu'un autre (p. ex., durée de séchage plus courte, application sur un produit à base d'huile, etc.). (2)
  • En de rares occasions, discuter avec l'architecte ou le client, pour décrire les travaux terminés, donner les explications sur un procédé ou recevoir une directive. Par exemple: "O.K., c'est approuvé". (3)
  • Renseigner des groupes plus ou moins nombreux sur la sécurité. Donner un enseignement sur la sécurité, l'utilisation d'un nouveau produit ou un procédé, selon l'importance du groupe. (3)
  • Discuter avec d'autres membre des corps de métier (p. ex., carreleurs, vitriers, poseurs de planches), pour déterminer à quel moment un travail sera achevé, de façon à assurer la coordination avec d'autres tâches. Des négociations peuvent être nécessaires, en fonction de la progression du travail et l'achèvement des tâches en temps voulu. Une erreur de communication peut aboutir à des travaux à recommencer, ce qui fait perdre du temps et de l'argent. (4)
Capacité de raisonnementRésolution de problèmes
  • Apprendre à prévoir les imprévus; par exemple, un membre de l'équipe ne vient pas ou la couleur de la peinture ne correspond pas exactement. Ils doivent pouvoir mettre en pratique leurs connaissances de base et celles d'autres peintes pour résoudre cette situation. Les connaissances de base incluent des renseignements comme le rendement de matériaux différents, le mélange de glacis et l'utilisation du disque des couleurs pour altérer ces dernières. Ces connaissances comprennent aussi le jargon, comme par exemple, un « cinq » est un contenant de cinq gallons. (2)
  • Diagnostiquer des problèmes d'équipement. Par exemple, si un compresseur tombe en panne, la procédure à suivre peut consister à vérifier le tuyau d'alimentation, l'équipement ou la personne qui l'utilise. Il existe souvent une liste à suivre et l'expérience est aussi utile. (2)
  • Décider des mesures à prendre si le masque du respirateur laisse entrer de l'air extérieur. Cela comprend la vérification de l'étanchéité au contact du visage, s'assurer de l'utilisation du filtre approprié et déterminer si le produit chimique utilisé est absorbé par la peau exposée et provoque une réaction. (3)
  • Décider des mesures à prendre si le produit ne donne pas le rendement escompté. Par exemple, il ne recouvre pas convenablement, forme des bulles ou des craquelures, ou encore ne sèche pas dans les délais prévus. Bien que l'expérience et les connaissances générales aident à résoudre ces problèmes, il est souvent difficile de déterminer la cause exacte en raison des nombreux facteurs qui interviennent : température, humidité, direction du vent, méthode d'application, méthode de mélange ou de dilution du revêtement, durée d'agitation de la peinture, et même l'application de la couche. (3)
Prise de décision
  • Décider ce qu'ils doivent faire lorsqu'un travail est achevé pour réduire le temps d'interruption. (1)
  • Déterminer comment préparer la surface à peindre. Il est difficile de changer d'idée ensuite, car cela exige du temps et de l'argent. (2)
  • Décider s'il faut réparer l'équipement pour pouvoir achever un travail à temps, par exemple, un pulvérisateur, même si la réparation est temporaire, ou appeler un réparateur. Perdre du temps sur les réparations entraîne des retards, et l'attente d'une autre machine augmente également les temps d'arrêt. Les choix possibles doivent donc être évalués soigneusement, ce qui exige un bon jugement. (2)
  • Déterminer si la couleur est bien assortie. Une mauvaise décision fait perdre du temps et de l'argent. La facilité avec laquelle on peut remédier à cette erreur dépend du type de travail. La complexité dépend du type de projet. Par exemple, un projet sur un bâtiment du patrimoine exige de bonnes connaissances sur le vieillissement des revêtements et sur la façon de donner à un revêtement une apparence vieillie. (3)
  • Déterminer si une cloison sèche a été poncée et préparée adéquatement et en aviser ou non le chef de chantier. Lorsque la décision d'appliquer la peinture est prise, tout problème présenté par la surface (réparation, repeinture), relève du peintre et non de l'installateur de la cloison. (3)
  • Déterminer de quelle façon effectuer un travail, ce qui comprend la préparation de la surface, l'application de la peinture et le nettoyage. Selon la compagnie et l'ampleur du travail, le peintre peut être responsable d'une partie ou de l'ensemble du travail. Toute mauvaise décision prise augmente les temps d'arrêt et coûte de l'argent à la compagnie. (4)
Pensée critique

Il n'y a pas de renseignements sur la compétence de la pensée critique pour ce profil.

Planification et organisation du travail

Les superviseurs confient aux peintres et aux décorateurs les travaux à effectuer et leur donnent les bordereaux de finition. L'importance de la compagnie et l'ampleur du travail déterminent le degré et le niveau de planification et d'organisation. Dans certaines compagnies, ces deux aspects relèvent entièrement du superviseur ou du chef de chantier. Dans d'autres cas, on remet un bordereau de finition aux ouvriers, à qui il incombe alors de déterminer de quelle façon effectuer les tâches requises, avec le moins de temps d'arrêt possible. Par exemple, ils doivent s'assurer qu'il y a assez de peinture d'une couleur pour toute la superficie prévue, ou que la méthode de préparation utilisée convient bien au produit à appliquer. Les peintres et les décorateurs planifient au moins un jour d'avance. Cela comprend les mesures pour parer aux imprévus, par exemple, apporter leur propres guenilles, papiers de verre ou outils. Les travaux de la journée ou les horaires sont souvent modifiés ou interrompus, et l'ouvrier peut ne pas être en mesure de revenir à une tâche précédente. En général, la séquence des travaux est la suivante: préparation de la surface, couche d'apprêt, couche finale et retouches. Toutefois, les matériaux utilisés peuvent déterminer l'organisation des travaux. Par exemple, les produits aux résines alkydes mettent plus longtemps à sécher (en général une nuit), ce qui n'est pas le cas des produits à base d'eau. La planification et l'organisation de l'accès au lieu de travail sont d'une importance primordiale. Il faut tenir compte des types de plate-forme de travail, de planches, d'échelles et d'échafaudages, et du fait qu'on peut avoir à les demander. Il faut également savoir si un autre corps de métier achève ses travaux ou est en retard.

La planification doit également tenir compte des facteurs temps et sécurité. Les chantiers industriels exigent davantage de planification, selon l'emplacement du lieu de travail. Des évaluations de risques détaillées, qui comprennent les renseignements des FTSS relativement aux matériaux et aux produits chimiques que l'on peut trouver sur le chantier, les types d'appareils de protection de l'ouïe ou des voies respiratoires requis et les politiques des compagnies, font partie intégrante de la planification et sont décidées par le chef de chantier et un ou deux peintres. La planification peut se faire jusqu'à un mois d'avance mais les calendriers sont ensuite constamment interrompus et modifiés à cause de problèmes dûs à des peintures, aux conditions météo changeantes et aux capacités réelles des équipes sur le chantier. Les changements de date peuvent entraîner des quarts de travail de dix heures ou nécessiter trois quarts de travail. Les problèmes de respect d'horaires affectent tout le monde et sont très coûteux pour la compagnie. (3)

Utilisation particulière de la mémoire
  • Se rappeler le comportement de différents produits dans diverses situations et les effets de l'application d'un produit ou d'une méthode de préparation de surface sur le choix des produits pouvant être appliqués ensuite, de même que le moment approprié pour effectuer ce travail.
  • Se rappeler la couleur ou le matériau prévu pour le mur ou la garniture appropriée.
  • Se rappeler ses propres expériences précédentes et celles de collègues, lors de la résolution d'un problème au cours d'une situation ou d'une prise de décision. Ils discutent des aspects de leur métier en tout temps: quel problème il y a eu, ce qui a bien marché, pourquoi les choses se sont passées ainsi, etc.
  • Ils se souviennent des renseignements obtenus au cours de la formation technique sur la préparation de la surface, la finition du bois, l¿application des couches et les systèmes de vaporisation.
  • Se rappeler l'organisation de travaux et de tâches précédentes, pour réduire les temps d'arrêt et les risques d'avoir à refaire certains travaux. Par exemple, se rappeler de peindre les boiseries des fenêtres une fois celles-ci recouvertes de ruban à masquer, par la personne responsable de la préparation des surfaces.
  • Se rappeler des recettes pour des glacis et le mélange de couleurs.
Recherche de renseignements
  • Poser des questions entre eux ou au chef de chantier sur des produits, des méthodes d'application et des solutions à des problèmes. (1)
  • Communiquer avec des magasins de peintures et des vendeurs, pour obtenir des renseignements sur des produits, leur disponibilité, le choix approprié des matériaux et les nouveaux produits sur le marché. Ces renseignements sont souvent comparés à ceux obtenus d'une autre compagnie. (2)
  • À l'occasion, se servir du réseau Internet pour rechercher des renseignements sur des produits particuliers. (3)
Technologie numérique
  • Se servir du réseau Internet pour rechercher des renseignements sur des produits et la sécurité. Par exemple, des FTSS et des mises à jour. (2)
Renseignements supplémentairesAutres compétences essentielles :

Travail d'équipe

Les peintres et les décorateurs font partie d¿une équipe composée d¿apprentis, de journaliers, de superviseurs et de contremaîtres, entre autres. Des réunions régulières ont lieu en vue de discuter des questions de sécurité, des changements dans les commandes de travail et des problèmes avec les matériaux. Les peintres et les décorateurs travaillent souvent de manière autonome sur une tâche précise, par exemple la préparation d¿une surface, et ce que fait un travailleur a des incidences sur le travail des autres travailleurs. Par exemple, une équipe de trois peintres peut décider de l¿attribution de chaque tâche à chaque travailleur, de l¿ordre d¿accomplissement des tâches et de la direction qu¿ils suivront ou vers laquelle ils se déplaceront dans la pièce ou sur l¿étage. Si un membre de l¿équipe ne suit pas le plan, d¿autres tâches peuvent être retardées et, ainsi, augmenter les temps d¿arrêt.

Selon le type, la quantité et le niveau d¿expérience, les peintres et décorateurs peuvent « diriger des travaux ». Ils peuvent assumer cette responsabilité tout au long des travaux ou pendant une partie des travaux plus importants et cela dépend souvent de la personne la plus expérimentée ou compétente dans un domaine particulier. Par exemple, un peintre qui a beaucoup d¿expérience en faux fini peut superviser cette partie des travaux, y compris l¿organisation des matériaux, l¿ordre des tâches et l¿attribution des tâches. Lorsque la partie du faux fini est terminée, une autre personne supervise l¿application des revêtements muraux. Les peintres discutent souvent de la meilleure façon d¿entreprendre les travaux et tiennent compte des compétences, des préférences et de l¿expérience des personnes.

Formation continue

L'apprentissage des peintres et des décorateurs se fait par la formation en cours d'emploi et en observant des collègues. Leurs connaissances sur les produits doivent être constamment mises à jour par des discussions avec des vendeurs et la lecture de dépliants ou d'autres documents. La formation, par exemple, la finition de surface d'imitation, peut se faire par le biais du programme de formation du syndicat. Certains peintres et décorateurs utilisent le réseau Internet pour accéder à des documents d'une compagnie de peinture. Il existe également d'autres cours de formation non officiels.

Dans certaines provinces, la formation industrielle est terminée lorsque la personne est devenue journalière.

Sondage à propos de l’information sur le marché du travail
Date de modification :