Compétences Technologiste de laboratoire médical en Saskatchewan

Voici les compétences généralement requises pour exercer le travail de technologiste de laboratoire médical au Canada. Les compétences fournies s’appliquent à l’ensemble des Technologues de laboratoires médicaux (CNP 3211).

Habiletés et connaissances

Consultez la liste des habiletés et connaissances habituellement requises pour exercer cette profession.

Compétences essentielles

Voyez comment les 9 compétences essentielles s’appliquent à cette profession. Cette section sera mise à jour bientôt.

Lecture
  • Lire les directives de manipulation ou d'entreposage sur les étiquettes du matériel de laboratoire, notamment les réactifs, les colorants, les agents de conservation et les détergents. (1)
  • Lire des courriels sur divers sujets de la part de superviseurs, de confrères et de collègues. Lire, par exemple, au besoin, les courriels de superviseurs qui demandent de l'aide, qui décrivent l'état de l'équipement de laboratoire et qui communiquent des changements aux horaires de travail ou d'entretien. (2)
  • Lire des publications spécialisées, notamment «Industrial News Room» et «BloodLine» afin de rester au fait des tendances du secteur et de s'informer sur les nouveautés en matière de fournitures, d'équipement et de technologies de laboratoire. (3)
  • Lire les guides de l'utilisateur pour s'assurer de connaître le fonctionnement de l'équipement de laboratoire. Consulter, par exemple, au besoin, des guides de l'utilisateur pour passer en revue les étapes nécessaires afin d'entamer des procédures de contrôle de la qualité ou de dépanner l'équipement. (3)
  • Consulter les normes de pratique, les politiques et les procédures de laboratoire, les lignes directrices relatives à la santé et à la sécurité et d'autres normes et règlements pour veiller à ce que les processus, les procédures et les pratiques respectent les normes de l'industrie et les exigences de l'établissement. Étudier, par exemple, s'il y a lieu, les règlements régissant la conservation d'échantillons biologiques ou les procédures pour disposer de dossiers et d'autres registres susceptibles de renfermer des renseignements confidentiels sur les patients. (3)
  • Lire, au besoin, les manuels et les rapports internes pour en évaluer l'exactitude et la qualité. Lire, par exemple, s'il y a lieu, des manuels de fonctionnement en laboratoire afin de déterminer s'ils tiennent compte des changements apportés aux procédures normales de fonctionnement. (4)
  • Lire, s'il y a lieu, les dossiers des soins hospitaliers ou les dossiers médicaux de patients pour obtenir des renseignements qui confirment ou expliquent les résultats de tests. Faire bien attention aux facteurs tels que l'âge, le sexe, les résultats des tests en laboratoire précédents, les antécédents des maladies diagnostiquées ou non et la pharmacothérapie. Résumer, au besoin, ces renseignements à l'intention des médecins spécialistes. (4)
  • Lire, s'il y a lieu, des articles dans des revues scientifiques, notamment «New England Journal of Medicine», «Journal of Infectious Diseases», «Frontiers in HematOncology» et «Cytopathology» afin d'approfondir leurs connaissances médicales, d'accumuler des crédits dans le cadre d'une formation continue et de conserver leur certification professionnelle. Lire, par exemple, au besoin, à propos des découvertes faites grâce à l'analyse de plaques des tissus cérébraux des patients atteints d'Alzheimer ou du lien entre le pH sanguin et le fonctionnement biochimique du corps humain. Ces articles contiennent une terminologie spécialisée destinée à un lectorat professionnel. (4)
Utilisation de documents
  • Lire des listes de noms et d'adresses de fournisseurs de produits de laboratoire. (1)
  • Consulter les formulaires de demande d'analyses en laboratoire remplis par les médecins pour déterminer les tests nécessaires et déterminer pourquoi il faut les effectuer. (1)
  • Consulter les horaires de travail quotidiens, hebdomadaires et mensuels pour déterminer les tâches et les responsabilités. (2)
  • Interpréter de nombreux pictogrammes sur les contenants afin de reconnaître les substances dangereuses ou fouiller dans Internet pour trouver des renseignements sur des pathologies, des diagnostics médicaux, des technologies de test et des fournitures de laboratoire. (2)
  • Lire, s'il y a lieu, des tableaux générés par l'équipement d'analyse pour obtenir de l'information sur les procédures de contrôle de la qualité, la quantité de réactifs nécessaire, les analyses en cours et les échelles acceptables des résultats de tests. (2)
  • Inscrire des données dans les registres d'entretien de l'équipement lorsque survient une panne de l'équipement de laboratoire. Inscrire des détails, notamment les pièces d'équipement touchées, leur emplacement et l'heure à laquelle les techniciens en entretien et en réparation ont été contactés. (2)
  • Examiner les étiquettes d'identification des échantillons pour s'assurer que les données sont exactes et complètes. Étudier les étiquettes pour s'assurer que les renseignements, notamment le nom et le numéro d'identification des patients, ainsi que le nom du médecin traitant, ont bien été inscrits. (2)
  • Remplir les formulaires des résultats de test. Utiliser ces formulaires pour assurer le suivi du prélèvement, de la préparation et de l'analyse des échantillons. Remplir également les formulaires pour consigner la qualité de la préparation des échantillons, la normalité des procédures de test et les résultats finaux des tests. (3)
  • Consulter les graphiques des revues médicales, des manuels, des publications spécialisées et des sites Web pour se renseigner sur des pathologies. Chercher et trouver, au besoin, des données dans de nombreux graphiques et les textes d'accompagnement pour faire pleinement la distinction entre santé et maladie. (3)
  • Lire des schémas pour dépanner et entretenir l'équipement de laboratoire. Par exemple, les technologistes médicaux peuvent examiner les schémas pour remplacer les sondes des analyseurs biochimiques et d'hématologie. (3)
  • Interpréter, s'il y a lieu, les photos et les images radiologiques contenues dans les dossiers des patients afin de contribuer à la confirmation des résultats des tests. Par exemple, les technologistes en génétique interprètent, au besoin, un autoradiogramme pour analyser les acides nucléiques. (4)
Rédaction
  • Écrire de courtes descriptions des pannes d'équipement de laboratoire dans les registres d'entretien. (1)
  • Écrire des courriels aux superviseurs, aux confrères et aux collègues à propos de divers sujets. Répondre, par exemple, s'il y a lieu, aux demandes de service et aux questions administratives. (2)
  • Écrire, au besoin, des lettres. Par exemple, les surveillants de laboratoire médical peuvent écrire des lettres de réprimande aux travailleurs de laboratoire qui s'écartent constamment des protocoles acceptables de laboratoire. Ces lettres sont rédigées dans un format préétabli et décrivent les faits concernant l'infraction. (2)
  • Écrire des rapports pour présenter les résultats de laboratoire et décrire l'analyse des échantillons. Les technologistes présentent, s'il y a lieu, les résultats des tests, et en discutent, décrivent l'architecture, la morphologie et l'état des prélèvements et donnent un aperçu des procédures de test dans ces rapports. Les technologistes médicaux, en rédigeant ces rapports rapidement et avec précision, contribuent à accélérer le diagnostic et le traitement des patients. (3)
  • Préparer des procédures et des protocoles complets et précis pour le prélèvement, l'identification, le transport, la préparation, le stockage et l'analyse des échantillons. Par exemple, les technologistes médicaux peuvent écrire des procédures pour la coloration de l'organisme «Helicobacter pylori» dans les coupes paraffiniques. Ils établissent, dans le cadre de ces procédures, le protocole que doivent suivre tous les travailleurs de laboratoire lorsqu'ils accomplissent cette tâche. (3)
  • Préparer des rapports recommandant l'achat de nouvelles pièces d'équipement de laboratoire et les présenter à la direction en vue d'en obtenir l'approbation. Inclure généralement dans ces documents l'analyse des lacunes de diverses pièces d'équipement, la description des travaux de dépannage et d'entretien effectués au fil du temps et les motifs de remplacement. Par exemple, les technologistes en chef adjoints préparent, s'il y a lieu, un document qui recommande l'achat d'un nouveau colorant immunocytochimique. (4)
CalculCalculs monétaires
  • Calculer, s'il y a lieu, les montants, les taxes et le total lors de l'achat de diluants pour anticorps et échantillons, de tampons pour dilution, de réactifs, de tubes à essai, de pipettes électroniques, d'analyseurs, de logiciels d'analyse en laboratoire et d'autres fournitures de laboratoire. (2)
Calendriers des budgets et des opérations comptables
  • Déterminer, au besoin, les exigences pour remplir les quarts de travail et élaborer des horaires de travail et de vacances à l'intention de collègues. Les surveillants de laboratoire médical et les technologistes en chef adjoints qui préparent les horaires des laboratoires tiennent compte de plusieurs facteurs qui compliquent cette tâche, notamment les conventions collectives qui régissent les heures supplémentaires, la nécessité de répartir les heures de travail en fonction de l'ancienneté et la nécessité de changer les personnes affectées aux analyseurs et aux autres pièces d'équipement de laboratoire. Ils modifient souvent les horaires pour tenir compte des congés de maladie ou d'autres situations imprévues. (3)
  • Préparer et surveiller, au besoin, le budget des laboratoires. Les surveillants de laboratoire médical et les technologistes en chef adjoints veillent à ce que les dépenses d'équipement, de matériel et de main-d'oeuvre respectent les sommes prévues au budget. Ils changent souvent les lignes de postes budgétaires à cause de pannes d'équipement, de la perte d'employés ou d'autres événements imprévus. (3)
Mesures et calculs
  • Déterminer les quantités de fournitures de laboratoire. Par exemple, les technologistes déterminent, au besoin, les quantités de lames, de feuilles protectrices, de colorants et de paraffine nécessaires pour exécuter une batterie de tests. (2)
  • Mesurer, s'il y a lieu, diverses dimensions de corps et d'organes afin d'effectuer des autopsies et des dissections chirurgicales. Par exemple, les assistants en anatomopathologie peuvent peser, pendant une autopsie, le coeur et les poumons et mesurent le diamètre des nodules ainsi que la longueur, la largeur et l'épaisseur des autres organes. (2)
  • Calculer, au besoin, la quantité de substances nécessaires aux mélanges et aux solutions. Effectuer ces calculs en utilisant des ratios, des taux et des pourcentages. Calculer, par exemple, s'il y a lieu, le volume de tampons cristallisés nécessaire pour une quantité de colorant en particulier. (2)
  • Utiliser des instruments et des méthodes spécialisés afin de mesurer la valeur de divers paramètres lors d'analyses en laboratoire. Mesurer précisément par exemple, au besoin, la quantité d'anticorps se trouvant dans des échantillons de sang à l'aide d'équipement d'analyse. Mesurer précisément, s'il y a lieu, le pH de leurs solutions à l'aide de pH-mètres. Mesurer aussi, au besoin, l'élimination de la créatinine en intégrant le niveau de créatinine, le poids, le sexe et l'âge dans une équation mathématique et en résolvant cette équation. (3)
Analyses des données numériques
  • Comparer les résultats des tests aux valeurs de référence et aux valeurs critiques afin d'en vérifier la validité et de contribuer à poser un diagnostic. (2)
  • Analyser les données sur le contrôle de la qualité et le rendement pour veiller à l'efficacité et à l'efficience de l'équipement et des services de laboratoire. Évaluer, par exemple, s'il y a lieu, les moyennes et les écarts types de chaque période en fonction des exigences en matière de qualité afin d'effectuer une comparaison avec les spécifications du client. (3)
Calcul approximatif
  • Estimer le temps nécessaire à l'analyse des échantillons en se fondant sur ses expériences antérieures. (1)
  • Estimer à l'oeil nu certaines quantités. Par exemple, les technologistes en microbiologie peuvent effectuer l'estimation visuelle qualitative de la quantité de bactéries pathogènes sur des plaques afin de déterminer s'il y a infection. Les assistants en anatomopathologie effectuent, au besoin, l'estimation visuelle qualitative de la quantité de sang se trouvant dans les cavités pleurales pendant une autopsie. (1)
Communication verbale
  • Discuter avec les fournisseurs au sujet des spécifications techniques, des propositions de prix, des options de services et des heures de livraison des nouveautés en fait de substances, d'équipement et de fournitures. (1)
  • Discuter avec les travailleurs du quart précédent au sujet d'événements, notamment les pannes d'équipement qui sont survenues pendant leur quart. Discuter en outre des tests de laboratoire en suspens devant être effectués, et indiquer quels tests sont prioritaires. (2)
  • Discuter avec les médecins traitants pour les informer des résultats critiques de tests et pour expliquer les retards concernant les résultats. Assurer, à l'occasion, aux médecins impatients que les résultats de tests seront disponibles sous peu. (2)
  • Discuter avec d'autres technologistes et travailleurs de laboratoire médical afin de coordonner la prestation de services de laboratoire et le fonctionnement et l'entretien de l'équipement de laboratoire. Assigner, s'il y a lieu, de nouvelles tâches, examiner les tâches accomplies, discuter de l'avancement des travaux en cours et résoudre les conflits. (2)
  • Rencontrer des superviseurs ou des directeurs pour obtenir des conseils et des autorisations, pour passer en revue les données sur le contrôle de la qualité et pour discuter du rendement, des résultats uniques de tests, des horaires du laboratoire et d'autres questions administratives. Rencontrer aussi, s'il y a lieu, des superviseurs ou des directeurs pour présenter leurs analyses et recommandations concernant le nouveau matériel. (3)
  • Participer à des réunions du personnel, et les animer, au besoin, pour discuter avec d'autres travailleurs de laboratoire et professionnels de la santé des dossiers de patients, des questions actuelles concernant les services de laboratoire, des changements de politiques et de procédures et des réparations d'équipement imminentes. Présenter, s'il y a lieu, si on le demande pendant une telle réunion, les procédures de laboratoires qu'ils ont élaborées. (3)
  • Conseiller, au besoin, les patients et leurs représentants au sujet des procédures de prélèvement d'échantillons. Les technologistes doivent être en mesure d'expliquer pourquoi il faut prélever des échantillons ainsi que les étapes de la préparation et l'importance de suivre les procédures établies. Déterminer, s'il y a lieu, les aliments, les boissons et les médicaments à ne pas consommer dans les heures qui précèdent les tests. (3)
  • Former des travailleurs de la santé responsables du prélèvement, de l'identification, du transport, de la préparation, du stockage et de l'analyse des échantillons. Enseigner les protocoles que ces travailleurs doivent respecter lorsqu'ils accomplissent leurs tâches. Présenter des scénarios de cas, expliquer les procédures applicables, faire la démonstration des tâches à effectuer et animer les discussions. Questionner les stagiaires pour veiller à ce qu'ils comprennent les procédures. Gagner la confiance des stagiaires et les inciter à prendre une part active au processus d'apprentissage. (4)
Capacité de raisonnementRésolution de problèmes
  • Faire face à des situations où l'information figurant sur les contenants des échantillons ne correspond pas à celle des formulaires de demande de service. Appeler les sources de référence pour clarifier la situation et demander, au besoin, de nouveaux échantillons. (1)
  • Faire face à des pannes d'équipement susceptibles de retarder les résultats des analyses de laboratoire. Consulter les guides de l'utilisateur pour dépanner l'équipement et décrire les pannes et les réparations effectuées dans les registres d'entretien. Appeler les techniciens en entretien et en réparation pour obtenir de l'aide s'ils ne peuvent pas réparer l'équipement. (2)
  • Se rendre compte que les échantillons obtenus ne conviennent pas à l'analyse. Par exemple, les échantillons de sang peuvent être coagulés ou hémolysés. Communiquer avec les sources de référence, expliquer pourquoi les échantillons ne sont pas adéquats et exiger le prélèvement de nouveaux échantillons, si possible. (2)
  • Être témoin de pratiques compromettant la sécurité des travailleurs de laboratoire. Établir des pratiques sécuritaires pour remplacer les pratiques dangereuses et en discuter avec les superviseurs ou les directeurs. Proposer par exemple, au besoin, lorsque les employés doivent manipuler des matières dangereuses, l'achat de masques, de gants, de tabliers, de blouses, d'écrans faciaux ou d'autres pièces d'équipement de protection individuel. (3)
  • Se rendre compte, à l'occasion, que les données sur le contrôle de la qualité indiquent d'importantes lacunes relativement à l'analyse. Déterminer la source de ces erreurs et élaborer des stratégies pertinentes pour veiller à leur amélioration. Par exemple, les surveillants de laboratoire médical peuvent constater que les erreurs sont commises par un technologiste en particulier. Ils travaillent avec ces employés pour évaluer pourquoi ils ont commis ces erreurs et pour les orienter dans la bonne direction. Ils surveillent de près leur travail pour vérifier si les employés effectuent de meilleures analyses et pour déterminer s'ils ont besoin d'une nouvelle formation. (3)
Prise de décision
  • Décider, s'il y a lieu, quelles fournitures de laboratoire commander. Faire appel à leurs connaissances professionnelles et tenir compte de facteurs comme le budget et les types prévus de demandes d'analyses de laboratoire. (2)
  • Décider s'il est préférable de conserver les échantillons en stock ou de les envoyer à d'autres laboratoires en vue de leur traitement lorsque survient une panne d'équipement. Vérifier quand les médecins ont besoin des résultats et quand l'équipement doit être réparé afin de prendre une telle décision. (2)
  • Décider, au besoin, quelles tâches attribuer aux technologistes assistants et aux autres travailleurs de laboratoire médical qui font partie de leur équipe. Tenir compte des forces et des faiblesses, des expériences de travail et des compétences propres à chaque technologiste assistant afin de respecter les échéances. Le fait de choisir les mauvaises personnes peut retarder la prestation des services de laboratoire. (2)
  • Décider quelles procédures suivre pour accomplir leurs tâches. Par exemple, les assistants en anatomopathologie doivent décider, pendant une autopsie, quels échantillons prélever afin d'en effectuer un test microscopique plus approfondi, selon leurs observations et leurs connaissances du dossier clinique du patient. Ils suivent les procédures normales qui laissent toutefois souvent une place considérable à l'interprétation. Le manque d'échantillons appropriés peut empêcher d'obtenir un diagnostic précis des causes du décès et peut ternir la réputation des assistants. (3)
  • Choisir, au besoin, les méthodes, l'heure, l'emplacement et la durée relativement à la formation des travailleurs de la santé responsables du prélèvement, de l'identification, du transport, de la préparation, du stockage et de l'analyse d'échantillons. Étudier, s'il y a lieu, les coûts et la faisabilité des différentes possibilités dans chaque cas. Tenir compte, au besoin, de la nécessité de remplacer les travailleurs de laboratoire qui suivent une formation. Les anciennes décisions concernant la formation ne sont que d'une utilité limitée, puisque les procédures et l'équipement de laboratoire changent constamment. (3)
Pensée critique
  • Évaluent l¿exhaustivité des données relatives aux patients reçues avant d¿effectuer le prélèvement des échantillons. Ils étudient les formulaires de demande d¿analyse de laboratoire afin d¿assurer qu¿ils contiennent tous les renseignements pertinents aux tests exigés. (2)
  • Évaluent le caractère approprié des échantillons recueillis pour les analyses. Ils vérifient si les quantités ou les volumes d¿échantillons recueillis sont suffisants et si l¿intégrité des échantillons a été maintenue grâce à une préparation, un transport et un entreposage appropriés. (2)
  • Évaluent l¿exhaustivité et la clarté des procédures qu¿ils ont rédigées pour la cueillette, l¿identification, le transport, la préparation, l¿entreposage et l¿analyse des échantillons. Ils s¿assurent que des renseignements essentiels n¿ont pas été omis et que le vocabulaire utilisé n¿est pas susceptible d¿être mal interprété. (3)
  • Peuvent évaluer le rendement d¿autres technologistes et employés de laboratoire. Dans le cadre des évaluations, ils déterminent à quel point les employés ont atteint les différents objectifs de travail et ont adhéré aux politiques et aux procédures du laboratoire. Leurs conclusions peuvent mener à des recommandations pour de nouvelles affectations ou à de la formation plus poussée. (3)
  • Évaluent de façon continue l¿efficacité, l¿efficience et la qualité des services de laboratoire. Ils vérifient que tous les échantillons nécessaires ont été prélevés, que toutes les analyses demandées ont été effectuées et que tous les résultats de tests ont été livrés aux sources de recommandation dans les délais prévus. Ils surveillent le contrôle de la qualité des données afin de cerner rapidement les déficiences dans l¿analyse. Ils documentent les erreurs et notent les mesures correctives qu¿ils ont prises. (3)
Planification et organisation du travail

Planification et organisation de leur travail

Les technologistes médicaux et les assistants en anatomopathologie doivent effectuer tous les jours des tâches habituelles pour veiller à ce que les résultats des tests de laboratoire soient obtenus en temps opportun. Ils disposent d'une certaine latitude pour ordonner les tâches, mais ce pouvoir est habituellement restreint à la rédaction de protocoles de priorisation. Des demandes urgentes de médecins concernant des patients gravement atteints, des pannes d'équipement, un nombre insuffisant de techniciens en entretien et en réparation, des réparations retardées et d'autres événements imprévus les obligent à réorganiser leurs tâches. (2)

Planification et organisation du travail des autres

Les technologistes médicaux et les assistants en anatomopathologie jouent un rôle de premier plan dans l'organisation, la planification et l'établissement du calendrier des activités quotidiennes du laboratoire et contribuent, s'il y a lieu, à la planification stratégique et à long terme de leur organisme. (2)

Utilisation particulière de la mémoire
  • Se souvenir des différents diagnostics et des codes de qualité des échantillons afin d'accélérer la rédaction des rapports sur les résultats.
  • Se souvenir de la plage acceptable des valeurs de plusieurs paramètres mesurés pendant les analyses de laboratoire.
  • Se souvenir des formules pour préparer des mélanges utilisés fréquemment.
  • Se souvenir des formes et de la morphologie habituelles d'une grande variété de cellules, de bactéries et de microbes, ainsi que de structures infracellulaires pour effectuer des analyses au microscope.
Recherche de renseignements
  • Trouver des renseignements sur les patients relativement à d'anciens résultats de tests en cherchant dans des bases de données et, dans certains cas, dans des dossiers médicaux. (2)
  • Chercher dans de nombreuses sources, notamment des dictionnaires médicaux, des manuels, des publications spécialisées, des revues médicales et des sites Web pour trouver des renseignements sur les pathologies qui ne leur sont pas familières. Consulter également des collègues, des pairs et d'autres professionnels de la santé. (3)
Technologie numérique
  • Utiliser des logiciels de traitement de texte. Utiliser par exemple, au besoin, des logiciels comme Word ou WordPerfect pour écrire, éditer et mettre en forme des textes. (2)
  • Utiliser des bases de données. Utiliser par exemple, s'il y a lieu, les bases de données de l'hôpital ou du laboratoire pour inscrire des renseignements, et les consulter, au sujet des résultats de tests des patients. Utiliser également, s'il y a lieu, des bases de données pour accéder aux descriptions de procédures et aux formulaires, ainsi que pour se renseigner sur les étapes à suivre pour dépanner l'équipement et sur les demandes de service. (2)
  • Utiliser des tableurs. Entrer par exemple, au besoin, des données dans les modèles de feuilles de calcul existants d' Excel pour préparer les budgets, gérer les stocks de fournitures de laboratoire, faire le suivi des données sur les horaires ou les charges de travail ou comparer les résultats de tests avec les données sur le contrôle de la qualité. (2)
  • Utiliser un logiciel de communication. Échanger, par exemple, des courriels et des pièces jointes avec des médecins spécialistes, des technologistes qui travaillent pendant d'autres quarts et des confrères d'autres services ou laboratoires. ()
  • Utiliser Internet. Effectuer, par exemple, des recherches pour obtenir de l'information sur des pathologies, des diagnostics médicaux, des technologies de test et des fournitures de laboratoire. (2)
  • Utiliser des logiciels de création graphique. Créer, par exemple, au besoin, des diaporamas à l'intention des stagiaires grâce à un logiciel comme PowerPoint. Importer, au besoin, des photographies numériques traitées à l'aide d'éditeurs d'images comme PhotoShop afin de créer des présentations efficaces. (3)
  • Utiliser des logiciels d'aide à la conception, à la fabrication et à l'usinage. Utiliser, par exemple, au besoin, des systèmes d'acquisition et de contrôle des données (SCADA) intégrés à l'équipement de laboratoire afin de générer des données sur le contrôle de la qualité. (3)
  • Utiliser d'autres logiciels. Utiliser, par exemple, à l'occasion, un logiciel d'imagerie et d'analyse génétique comme CytoVision pour classer les chromosomes. (4)
Renseignements supplémentairesAutres compétences essentielles :

Travail d'équipe

Les technologistes médicaux et les assistants en anatomopathologie effectuent seuls certaines de leurs tâches, mais travaillent généralement avec des équipes de médecins spécialistes, de travailleurs de laboratoire médical et d¿autres professionnels de la santé. Ils peuvent travailler seuls pour préparer des sections de tissus à étudier au microscope et pour effectuer des analyses de sang, d¿urine, de liquide céphalorachidien et d¿autres fluides corporels, mais la plupart des autres tâches sont effectuées avec des membres d¿une équipe. Ils collaborent avec d¿autres travailleurs de laboratoire médical pour concevoir des procédés de laboratoire, recueillir des échantillons, partager l¿équipement, effectuer des tests diagnostics et acheminer rapidement les résultats. Ils coordonnent également leur travail avec celui des anatomopathologistes, des médecins spécialistes de la biochimie et d¿autres professionnels de la santé pour discuter des tests requis et pour analyser des échantillons. Ils peuvent superviser et former des technologistes subalternes et d¿autres travailleurs de laboratoire médical dans la mise en ¿uvre de procédures de laboratoire et dans l¿utilisation et l¿entretien de l¿équipement de laboratoire. Ils peuvent être responsables d¿assigner des tâches aux technologistes subalternes et à d¿autres travailleurs de laboratoire médical qui les assistent dans la collecte, l¿identification, le transport, la préparation, l¿entreposage et l¿analyse des échantillons. (3)

Formation continue

L'apprentissage continu fait partie intégrante du travail des technologistes médicaux et des assistants en anatomopathologie. On s'attend à ce qu'ils approfondissent leurs connaissances médicales et se tiennent au fait des changements en matière de normes, de règlements, de procédures, d'équipement et de technologies de laboratoire. Ils apprennent de nouvelles choses quotidiennement en discutant avec leurs confrères, en naviguant dans Internet et en lisant les procédures et politiques de laboratoire, les normes de pratique, les manuels d'équipement, les lignes directrices sur la santé et la sécurité, les règlements, les publications spécialisées, les manuels, les revues scientifiques et d'autres documents. Ils assistent en outre à des conférences, des séminaires, des symposiums, des ateliers et des cours portant sur des sujets comme l'utilisation de la photographie numérique dans une autopsie, le virus du Nil occidental, la gestion des soins de santé et l'interprétation de la chimie clinique.

Les technologistes médicaux sont régis par l'organisme de réglementation de la province dans laquelle ils travaillent. Ils devront peut-être élaborer leurs propres plans d'apprentissage et se livrer à un apprentissage continu afin de conserver leur certification professionnelle. (3)

Sondage à propos de l’information sur le marché du travail
Date de modification :