Compétences Vétérinaire près de Lethbridge (AB)

Voici les compétences généralement requises pour exercer le travail de vétérinaire au Canada. Les compétences fournies s’appliquent à l’ensemble des Vétérinaires (CNP 3114).

Expertise

Les personnes qui exercent cette profession font habituellement appel aux compétences suivantes.

  • Diagnostiquer les maladies ou les anomalies chez les animaux, les troupeaux et les bandes à l'aide d'examens ou de tests de laboratoire
  • Traiter les animaux malades ou blessés, prescrire des médicaments, remettre les os en place, panser les blessures ou pratiquer des interventions chirurgicales
  • Vacciner des animaux afin de prévenir et de soigner les maladies
  • Conseiller les clients sur l'alimentation, le comportement, l'élevage, l'hygiène et le soin des animaux
  • Exécuter des examens de routine ou d'urgence et des autopsies
  • Fournir une gamme de services vétérinaires, y compris des services obstétriques, dentaires et d'euthanasie

Habiletés et connaissances

Consultez la liste des habiletés et connaissances habituellement requises pour exercer cette profession.

Compétences essentielles

Voyez comment les 9 compétences essentielles s’appliquent à cette profession.

Lecture
  • Trouver des renseignements précis sur les étiquettes des médicaments et les mises en garde concernant leurs utilisations cliniques, les risques potentiels et les effets secondaires avant de les administrer à un animal. (1)
  • Lire les notes et les commentaires inscrits dans les dossiers médicaux pour connaître les observations, les diagnostics et les traitements recommandés. Certains dossiers incluent des paragraphes qui décrivent et expliquent des problèmes de santé inhabituels, donnent des directives pour les soins ou fournissent des avis médicaux. (2)
  • Lire des lettres de demande de consultation qui résument le détail de cas et les avis médicaux de vétérinaires qui adressent les demandes. (2)
  • Étudier, au besoin, des documents de commercialisation, comme des brochures, des livrets et des circulaires sur les nouveaux produits, pour en apprendre davantage sur les nouvelles fournitures paramédicales et les nouveaux produits de santé animale. (2)
  • Étudier la législation, les règlements et les avis publiés par l'Agence canadienne d'inspection des aliments pour connaître les tout derniers règlements afférents à la santé animale, au contrôle des maladies et à la sécurité des aliments. (3)
  • Lire les textes médicaux de référence pour obtenir les renseignements requis de façon à pouvoir diagnostiquer des maladies peu courantes et cibler les traitements recommandés. (4)
  • Lire les revues spécialisées comme la «Revue vétérinaire canadienne» et la «Revue canadienne de recherche vétérinaire» pour demeurer au courant des nouvelles recherches, des nouveaux traitements et des nouvelles procédures en matière de gestion sanitaire. Déterminer la pertinence des nouveaux renseignements et la possibilité de les appliquer à la pratique clinique et à des initiatives de recherche. Appliquer souvent immédiatement ce qu'ils ont lu. (4)
Utilisation de documents
  • Parcourir les étiquettes des médicaments pour connaître la posologie, la date de péremption et d'autres renseignements. (1)
  • Inscrire le nom du médicament, de l'animal et du client, la quantité, la posologie, les directives et les autres renseignements requis sur les étiquettes ou les formulaires d'ordonnance. (1)
  • Inscrire le numéro d'identification de l'animal, la date et l'heure, les médicaments employés et les quantités administrées ou prescrites dans le cahier de bord pharmaceutique ou anesthésique. Remplir ces cahiers de bord avec précision afin de respecter les exigences concernant l'utilisation des médicaments contrôlés et des narcotiques. (2)
  • Remplir les formulaires de commande des laboratoires. Cocher, s'il y a lieu, les tests souhaités à commander dans une liste de plus de 60 procédures différentes, ainsi que des tests spécifiques pour les animaux dans les cas de commandes importantes. (2)
  • Lire et interpréter les rapports de laboratoire en ce qui concerne les analyses de sang, d'urine, de selles, de sperme et de tissu. Certains rapports de laboratoire, comme les analyses d'hémoglobine, illustrent les résultats à l'aide de graphiques, tandis que d'autres présentent les données sous forme de listes. (2)
  • Remplir des formulaires médicaux et de réglementation, comme des certificats de santé, des formulaires de recherche, des dossiers d'examen, des dossiers d'anesthésie, des rapports de pathologie, des dossiers de vaccination, des rapports sur les problèmes de comportement, des rapports sur les analyses d'urine, des échantillons de culture et des fiches dentaires. Inscrire, sur ces formulaires les numéros d'identification des animaux, les données statistiques sur la santé, des observations, les diagnostics posés et les traitements recommandés. Les certificats sanitaires pour l'importation et l'exportation d'animaux exigent une autorisation légale. Certains formulaires incluent des esquisses d'animaux sur lesquels les vétérinaires peuvent inscrire les zones atteintes. Joindre, au besoin, une photographie numérique pour identifier les animaux à l'aide de marques ou dessiner des marques sur des esquisses qui représentent l'animal de face et de côté. (3)
  • Interpréter des images radiologiques pour identifier les anomalies internes comme les blocages, les inflammations, les tumeurs et les fractures osseuses. Certains vétérinaires, plus particulièrement les spécialistes, peuvent aussi se servir des ultrasons, d'un tomodensitomètre et d'un imageur à résonance magnétique pour cibler des problèmes médicaux, comme des cancers, des hémorragies cérébrales et des accidents vasculaires cérébraux. (3)
  • Consulter, au besoin, des dessins de montage pour démonter ou nettoyer des appareils comme le VetTest Chemistry Analyzer. (3)
  • Consulter des images, des diagrammes et des dessins anatomiques à l'échelle d'animaux dans les documents de référence médicaux. Comparer, par exemple, des échantillons de sang ou de tissu observés à l'aide d'un microscope aux images qui figurent dans des documents médicaux pour pouvoir reconnaître les anomalies. (4)
Rédaction
  • Inscrire des notes et des commentaires dans les dossiers médicaux pour conserver les observations, les diagnostics, les traitements et les antécédents médicaux des animaux. Rédiger de courtes phrases en style télégraphique, ou parfois inclure des paragraphes pour décrire et expliquer des problèmes de santé inhabituels, donner des directives en matière de soins ou exprimer des avis médicaux. (2)
  • Rédiger des lettres destinées à divers clients, fournisseurs et collègues. Rédiger, par exemple, des lettres pour diriger des clients vers d'autres spécialistes de la santé animale. Dans ces lettres, fournir un résumé des antécédents médicaux de l'animal, exposer les problèmes de santé, recommander un traitement et expliquer pourquoi le client est référé au spécialiste. (2)
  • Rédiger, s'il y a lieu, de courts rapports d'inspection et d'enquête vétérinaires, ainsi que des rapports de cas à l'intention des organismes de réglementation gouvernementaux. Ces rapports, qui comptent rarement plus de dix pages, emploient des termes médicaux pour décrire avec précision des problèmes et pour présenter des recommandations aux fins du contrôle de la maladie. (3)
  • Rédiger des brochures et des feuilles d'information pour informer les clients à propos des traitements et des conditions de santé des animaux, des directives en matière de soins, des principes qui sous-tendent les soins et de la structure tarifaire. Rédiger, par exemple, au besoin, des documents d'information pour décrire les soins que les clients devraient prodiguer à leurs animaux à la suite d'une chirurgie. (3)
  • Rédiger, s'il y a lieu, des articles sur la santé des animaux et la médecine vétérinaire qui seront publiés dans des journaux, des bulletins, des magazines sur les soins des animaux et d'autres publications. S'efforcer d'expliquer les procédures ou les concepts médicaux en des termes que les non-spécialistes peuvent comprendre quand on s'adresse à un auditoire général. Rédiger par exemple, s'il y a lieu, des articles qui seront publiés dans des bulletins communautaires sur l'importance d'une bonne hygiène orale chez les animaux. (4)
  • Publier, au besoin, des résultats de recherche dans des publications spécialisées comme la «Revue vétérinaire canadienne» et la «Revue canadienne de recherche vétérinaire». Rédiger des articles qui s'adressent à des professionnels et qui résument le but de la recherche, la méthode employée, les résultats obtenus et les répercussions pour la médecine vétérinaire et la santé animale. Rédiger, par exemple, s'il y a lieu, un article qui fournit les résultats préliminaires d'une recherche clinique effectuée dans le cadre d'une étude sur les nouvelles techniques de sédation chez les petits mammifères. (5)
  • Rédiger, s'il y a lieu, des rapports finaux et des propositions de recherche en santé animale pouvant compter jusqu'à 50 pages. Ces rapports peuvent fournir des résumés, des analyses bibliographiques, les objectifs des recherches, les méthodes employées, les résultats des recherches et des analyses. Appliquer les mêmes normes que pour les articles publiés dans des revues scientifiques consultées par des pairs. (5)
CalculCalculs monétaires
  • Préparer, au besoin, des factures pour les services vétérinaires rendus et recouvrer les paiements auprès des clients. Calculer le montant des services en fonction des honoraires établis pour les services vétérinaires. Ajouter les coûts des tests en laboratoire, des fournitures, des aliments pour animaux et des médicaments. (2)
Calendriers des budgets et des opérations comptables
  • Établir les calendriers de traitement pour l'administration des médicaments et des compléments alimentaires aux animaux malades en fonction des posologies recommandées et des risques connexes. (2)
  • Établir l'horaire des inspections et des rendez-vous avec les patients, accorder un temps raisonnable aux examens physiques, aux inspections et aux procédures chirurgicales. Modifier l'horaire des rendez-vous et leur horaire de travail en raison des annulations et des interventions d'urgence. (2)
  • Établir les budgets annuels. Affecter des fonds aux immobilisations, aux dépenses d'exploitation, aux coûts de location, aux assurances et aux fournitures paramédicales. Les vétérinaires qui exercent en cabinet privé doivent aussi établir l'échelle salariale des membres du personnel. Ils dressent, s'il y a lieu, des rapports financiers pour des projets de recherche. (3)
Mesures et calculs
  • Utiliser des seringues étalonnées pour mesurer des volumes précis de médicaments ou d'anesthésiques. Mesurer, par exemple, une quantité précise de tuberculine aviaire et de tuberculine bovine à injecter pour un test de sensibilité cutanée à la tuberculine. (2)
  • Peser des animaux à l'aide de balances de tailles diverses. Soustraire le poids de la personne qui retient l'animal du poids total pour connaître le poids de l'animal. (2)
  • Mesurer les fonctions vitales des animaux pendant les interventions chirurgicales et les examens physiques à l'aide d'appareils médicaux de diagnostic comme un stéthoscope, un thermomètre rectal, un appareil de surveillance de la pression sanguine, un sphygmo-oximètre, un thermomètre, un électrocardiogramme et un moniteur respiratoire. (3)
  • Calculer la posologie des médicaments à administrer pendant une période établie en fonction d'un taux fondé sur le poids de l'animal. Calculer, par exemple, la quantité d'un médicament à donner toutes les six heures à un animal en fonction d'une prescription de trois centimètres cube par kilogramme par jour. (3)
Analyses des données numériques
  • Comparer les résultats des tests en laboratoire aux valeurs présumées normales pour pouvoir diagnostiquer les problèmes médicaux et en effectuer le suivi. Un taux de leucocytes élevé, à titre d'exemple, peut dénoter une infection. (2)
  • Analyser l'apport nutritionnel et les fluctuations du poids d'un animal au fil du temps pour déterminer s'il faut modifier l'alimentation de l'animal. (3)
  • Analyser les signes vitaux comme la fréquence cardiaque et la pression sanguine pendant une chirurgie et à la suite d'un traitement pour connaître l'état de santé d'un animal. Comparer différentes lectures des signes vitaux et surveiller les valeurs qui ne correspondent pas à la normale et celles qui peuvent dénoter une infection ou un trouble possible. (3)
  • Recueillir et analyser, s'il y a lieu, des données quantitatives à des fins de recherche sur la santé animale et de gestion de la production d'aliments. Générer, au besoin, des statistiques à propos de variables comme la production de lait, le poids de l'animal, son taux de croissance, sa consommation alimentaire, la longévité de l'animal, ses affections et le coût des médicaments pour pouvoir tirer des conclusions. Comparer les statistiques actuelles et antérieures pour connaître les changements au fil du temps. (4)
Calcul approximatif
  • Estimer, s'il y a lieu, le poids de gros animaux comme les chevaux, le bétail et les éléphants grâce à des méthodes vétérinaires et à l'expérience. (1)
  • Estimer le coût des diagnostics et des traitements selon l'évaluation de l'animal qui présente des problèmes, et estimer les coûts connexes des services vétérinaires, des tests en laboratoire et des fournitures cliniques. Se fonder sur leur expérience de cas semblables pour estimer les coûts. Les estimations doivent être relativement précises afin que les clients puissent prendre des décisions concernant les traitements possibles et abordables. (2)
  • Estimer l'évolution gestationnelle grâce à des examens manuels de la taille de l'utérus de l'animal et de la connaissance de son cycle de fertilité. (2)
  • Estimer le temps de guérison des animaux en fonction de leur espèce, de leur âge, de leurs antécédents médicaux, de leurs signes vitaux et de leur réaction initiale aux traitements. (2)
Communication verbale
  • Répondre aux questions du grand public à propos de la médecine vétérinaire et de la santé animale. Répondre, par exemple, à des questions sur la rage par téléphone ou en personne. (1)
  • Donner des directives aux technologues, techniciens et autres employés qu'ils supervisent. Répondre aux questions, régler les conflits et déléguer les responsabilités concernant les soins des animaux. (2)
  • Diriger les réunions hebdomadaires ou mensuelles du personnel. Passer en revue l'état de santé des animaux recevant des soins, discuter des questions d'administration, interpréter les politiques et présenter les nouvelles pratiques et procédures de fonctionnement. (2)
  • Poser des questions aux clients à propos des antécédents médicaux de leur animal, des symptômes visibles et des comportements afin d'obtenir les renseignements requis pour diagnostiquer une maladie. Conseiller les clients à propos de l'alimentation, de l'hébergement, du toilettage et de l'hygiène des animaux. Expliquer aux clients de façon claire, structurée et détaillée de quelle façon appliquer des plans de traitement des animaux, modifier des comportements inquiétants et administrer des médicaments. (2)
  • Demander aux fournisseurs d'équipement, d'aliments et de produits pharmaceutiques des renseignements sur les nouveaux produits sur le marché et vérifier l'état des commandes. (2)
  • Expliquer aux clients les résultats des inspections et les diagnostics en traduisant les termes médicaux en termes courants. Recommander des traitements possibles, discuter des coûts et négocier les régimes de paiement au besoin. Offrir du soutien affectif aux clients dont l'animal est en phase terminale et pour lequel il faut recommander l'euthanasie. Dans ces cas, faire preuve d'empathie, de sensibilité et de tact. (3)
  • Discuter avec des collègues et des spécialistes vétérinaires des traitements possibles et des diagnostics dans les cas complexes. (3)
  • S'entretenir, au besoin, avec d'autres vétérinaires, avec les responsables de la réglementation et avec des représentants de la santé publique dans des cas d'urgence, tel que pour déclarer une maladie contagieuse ou discuter des plans de confinement biologique. (3)
  • Répondre, s'il y a lieu, aux demandes d'information et commentaires des médias à propos de sujets qui touchent le grand public et qui concernent la santé animale, comme l'encéphalopathie spongiforme bovine. S'efforcer de présenter des faits illustrant clairement leur point de vue ainsi que les enjeux vétérinaires. (3)
  • Communiquer, s'il y a lieu, des renseignements sur la médecine vétérinaire à des groupes communautaires, des écoles, des organisations agricoles et des groupes professionnels. Adapter le contenu, le style et le ton des communications aux expériences et connaissances de l'auditoire. (4)
  • Présenter, s'il y a lieu, à des collègues, dans le cadre de conférences et de séminaires professionnels, des renseignements ainsi que des conclusions tirées à la suite de recherches concernant de nouvelles maladies animales, de nouvelles méthodes diagnostiques, de nouveaux traitements, de nouvelles pratiques de gestion de la santé dans les parcs d'engraissement et les nouveaux soins préventifs. Présenter, par exemple, des renseignements sur les résultats d'essais cliniques portant sur un nouveau médicament qui sert à traiter les premiers signes de diabète chez les chats. Les exposés oraux de cette nature sont complexes et techniques; ils emploient des termes médicaux et s'adressent à un auditoire spécialiste. (4)
  • Animer des discussions de groupe entre professionnels de la santé animale qui souhaitent travailler en coordination à des recherches en santé animale ou à des enquêtes vétérinaires complexes. Participer à des discussions avec d'autres spécialistes ou diriger des réunions au cours desquelles on discute des résultats des recherches, des solutions et des stratégies de mise en oeuvre. Les vétérinaires travaillant pour l'Agence canadienne d'inspection des aliments discutent par exemple, au besoin, avec d'autres vétérinaires et avec des experts de la santé publique des stratégies permettant d'endiguer une maladie lorsqu'on découvre un cas de grippe aviaire. (4)
Capacité de raisonnementRésolution de problèmes
  • Faire face aux pénuries de fournitures médicales. Demander aux membres du personnel de confirmer la date de livraison de fournitures par des fournisseurs, et s'il y a un délai, remettre les rendez-vous pour lesquels ils en ont besoin. (2)
  • Traiter les animaux qui appartiennent aux clients incapables de payer les traitements. Chercher des traitements équivalents qui pourraient coûter moins cher et négocier des plans de paiement accessibles aux clients. (2)
  • Découvrir que les gardiens ou les propriétaires n'administrent pas correctement les médicaments à leurs animaux. En conséquence, les animaux ne reçoivent pas toute la dose prescrite et leur état ne s'améliore pas comme prévu. Discuter avec les propriétaires pour insister sur l'importance d'exécuter les traitements comme prévu et leur offrir de leur expliquer à nouveau. (3)
  • Constater que l'équipement médical permettant d'exécuter des procédures vétérinaires sur de très gros animaux n'est pas disponible. Adapter l'équipement existant et les outils courants employés par d'autres professionnels pour pouvoir faire leur travail. Utiliser, par exemple, les bascules pour véhicules routiers pour peser les éléphants et des perceuses à main ordinaires pour effectuer des traitements de canal sur les défenses des éléphants dans des jardins zoologiques. (3)
  • Constater que les clients hésitent à euthanasier des animaux en phase terminale ou présentant des risques pour la santé des autres animaux parce qu'ils sont atteints d'une maladie contagieuse. Expliquer la situation en détail aux gardiens ou propriétaires et les convaincre d'autoriser l'euthanasie. Faire habituellement preuve d'empathie et de diplomatie car les gardiens et les propriétaires peuvent être contrariés à l'idée d'euthanasier leur animal. (3)
Prise de décision
  • Choisir les tests en laboratoire à exécuter ou à commander en fonction des symptômes de l'animal, de ses antécédents médicaux et des renseignements fournis par le client. (2)
  • Prendre des décisions à propos de la modification de la diète de l'animal et des soins généraux en fonction de l'âge, du poids, du tempérament et de l'état de santé général de l'animal. (2)
  • Déterminer s'il est temps de mettre fin à la mise en quarantaine d'un animal. Tenir compte de la santé de l'animal, des risques pour le grand public et des directives de l'Agence canadienne d'inspection des aliments. (2)
  • Décider s'il faut acheter ou non de nouveaux appareils de laboratoire ou de diagnostic coûteux, comme des machines à ultrason, des électrocardiogrammes ou le VetTest. Tenir compte, pour tous les achats importants d'immobilisations, du coût de l'appareil, de sa fréquence d'utilisation, des avantages pour les clients et du rendement de l'investissement. (2)
  • Déterminer les procédures ou les traitements, dont l'euthanasie, qu'il convient de recommander pour des animaux blessés ou malades. Fonder les décisions sur l'état de santé de l'animal, la maladie diagnostiquée, le pronostic, les risques pour les autres animaux, les coûts du traitement de même que les connaissances médicales et l'expérience du vétérinaire. Tenter d'abord de modifier le régime ou de donner des médicaments, et ne choisir des méthodes plus interventionnistes, comme la chirurgie, que s'il le faut absolument. Un traitement inefficace peut retarder la guérison et nuire davantage à l'animal. (3)
  • Déterminer, au besoin, si l'animal respecte les exigences pour l'importation et l'exportation après avoir évalué son état de santé et les documents connexes. Étudier les documents qui concernent l'animal pour s'assurer qu'ils sont en règle, puis examiner l'animal afin de déterminer s'il est en bonne santé et apte à voyager. Inspecter, s'il y a lieu, les conditions de vie au sein du troupeau d'origine de l'animal pour s'assurer que tous les règlements sont respectés avant de délivrer le certificat. (3)
  • Prendre des décisions cruciales dans des situations d'urgence à propos des tests à effectuer, des interventions chirurgicales à entreprendre et de la séquence dans laquelle les interventions devraient se dérouler. Prendre des décisions rapidement et établir l'ordre de priorité des tâches quand une intervention chirurgicale ou une naissance se déroule mal ou que l'on voit l'apparition d'une maladie contagieuse. Agir dans un contexte chaotique où il n'y a souvent pas de temps pour consulter des documents de référence ou de demander l'avis d'un autre spécialiste. Les erreurs de jugement peuvent difficilement être corrigées et peuvent avoir des conséquences fatales pour un animal. (4)
Pensée critique
  • Évaluer l¿efficacité des traitements prescrits pour les animaux en comparant les résultats de tests diagnostiques au fil du temps et en vérifiant la concordance des données des cas semblables. Ils tiennent compte des observations des propriétaires ou des gardiens qui ont surveillé les changements dans la santé des animaux et qui dépendent des connaissances et de l¿expérience du vétérinaire pour ajuster les plans de traitement, au besoin. (3)
  • Évaluer l¿état de santé des animaux aux fins de soins préventifs ou d¿inspection. Les vétérinaires évaluent plusieurs facteurs, y compris le poids de l¿animal; les états de vigilance; les régimes alimentaires; l¿hygiène; et les mesures physiques comme la température, la fréquence cardiaque et la pression sanguine. Les vétérinaires qui travaillent avec de gros animaux ou avec des animaux de zoo évaluent la propreté des enclos des animaux, les niveaux de bruits qui y sont perçus ainsi que l¿espace offert aux animaux pour qu¿ils y fassent de l¿exercice. Les vétérinaires étudient également le dossier médical des animaux afin d¿évaluer les changements dans l¿état de santé. Toute l¿information est synthétisée dans des rapports de santé avec des recommandations de changements à apporter aux conditions de vie des animaux, à leur régime alimentaire et à leur programme d'exercices. (3)
  • Diagnostiquer les maladies des animaux et les causes de décès en analysant les dossiers de santé, les résultats des examens physiques, les tests en laboratoire et l¿imagerie diagnostique comme les radiographies et les échographies. Ils inspectent les animaux afin de détecter des signes évidents de maladies comme les anomalies anatomiques, les lésions ou les croissances, et observent leurs mouvements, leurs comportements et leurs réponses au toucher. Pour les autopsies, ils analysent la santé des organes et des tissus selon leur taille, leur forme, leur couleur, leur uniformité et leur distribution. Pour les enquêtes en cas de maladie, ils analysent les conditions de vie des animaux et comparent les résultats des tests des animaux malades avec les troupeaux voisins afin d¿évaluer la propagation de la maladie. Dans certains cas, ils consultent les documents de référence vétérinaires et d¿autres vétérinaires avant de prononcer un diagnostic final. (3)
  • Peuvent analyser les résultats des tests cliniques sur la santé animale afin de cerner les tendances importantes qui aideront les soins de santé préventifs et le traitement des animaux. Ils analysent les résultats des examens physiques et des tests en laboratoire, et cherchent des corrélations dans les données sur les facteurs comme l¿espèce, le sexe, le poids, l¿âge, le régime alimentaire, les antécédents médicaux et la réaction aux médicaments et aux vaccins de l¿animal. Ils comparent les résultats obtenus aux recherches vétérinaires existantes et émettent des conclusions et des recommandations pour le contrôle de la maladie, la gestion de la santé animale et les soins préventifs. (4)
Planification et organisation du travail

Planification et organisation de leur travail

Les vétérinaires organisent leurs activités quotidiennement en fonction des rendez-vous prévus avec les clients et des appels d'urgence. Les tâches courantes, comme les vaccinations et les interventions chirurgicales, sont prévues à l'horaire par le personnel administratif; cependant, les urgences entraînent des changements à cet horaire. Ils conservent des liens étroits avec leurs collègues pour modifier l'horaire des rendez-vous et collaborer avec des technologues et des techniciens en santé animale et en hygiène vétérinaire s'ils ont besoin d'aide. Les vétérinaires travaillant avec de gros animaux voyagent beaucoup pour offrir des services dans des régions rurales. Ils planifient attentivement leurs visites sur place pour réduire le plus possible le temps de déplacement et maximiser la productivité. Les vétérinaires travaillant dans des laboratoires organisent leur travail en fonction des demandes de test présentées; leur charge de travail dépend donc souvent de l'incidence des maladies. (3)

Planification et organisation du travail des autres

Les vétérinaires dirigent les activités des technologues et des techniciens en santé animale et en hygiène vétérinaire et du personnel de soutien administratif. Ils établissent l'horaire du personnel pour les procédures de diagnostic, les interventions chirurgicales, les traitements et les soins généraux des animaux qui leur sont confiés.

Les vétérinaires travaillant en clinique privée planifient les activités du personnel. Les vétérinaires qui travaillent dans de grandes organisations comme des hôpitaux, des organismes gouvernementaux, des installations de recherche et des jardins zoologiques peuvent participer à des discussions sur les objectifs opérationnels et les nouvelles initiatives. (3)

Utilisation particulière de la mémoire
  • Se rappeler le nom des médicaments les plus souvent utilisés et les bonnes posologies en fonction du poids de l'animal.
  • Se rappeler les barèmes d'honoraires pour fournir des estimations aux clients.
  • Mémoriser les valeurs normales des signes vitaux.
  • Se rappeler les procédures médicales en cas d'urgence.
  • Se rappeler les principaux symptômes de maladie ainsi que les traitements les plus efficaces en fonction de la race de l'animal.
  • Se rappeler les étapes à suivre pour les interventions chirurgicales et les inspections vétérinaires.
  • Se rappeler le nom des animaux et de leur propriétaire pour établir des liens avec les clients et offrir un bon service à la clientèle.
Recherche de renseignements
  • Chercher des renseignements sur les antécédents médicaux des animaux en consultant leur dossier, à l'aide d'une base de données informatique ou d'un système de classement de dossiers papier. (1)
  • Obtenir des renseignements sur les comportements et les affections physiques des animaux en discutant avec leur gardien ou leur propriétaire. (1)
  • Consulter des collègues et des spécialistes vétérinaires pour obtenir leur point de vue professionnel de même que des ouvrages spécialisés et des ressources électroniques pour recueillir des renseignements sur des aspects peu courants ou spécialisés de la médecine vétérinaire. (2)
  • Recueillir, dans des revues et des publications de médecine vétérinaire, de nouveaux renseignements sur des diagnostics, des contrôles et des traitements de maladies qui peuvent être appliqués aux travaux cliniques et de recherche. (3)
  • Mener, s'il y a lieu, des recherches cliniques pour trouver de nouveaux traitements de maladies animales ou des moyens d'améliorer la santé et la productivité des animaux d'élevage. Puiser des renseignements de recherches antérieures et analyser des résultats d'examens pour émettre des conclusions et proposer des solutions médicales qui peuvent être appliquées à la pratique. (4)
Technologie numérique
  • Utiliser des logiciels de traitement de texte. Utiliser, par exemple, les fonctions de formatage de base comme les puces, les polices de caractères, les fonctions couper et coller et le vérificateur d'orthographe pour rédiger les versions préliminaires des rapports de recherche et des directives pour les soins à domicile. (2)
  • Utiliser, au besoin, des logiciels de création graphique. Concevoir, par exemple, des diapositives pour des exposés présentés à des membres de la collectivité ou à des groupes de pairs. Créer des diapositives sur mesure en employant diverses polices de caractères et en insérant des en-tête, des puces, des tableaux et des graphiques. (2)
  • Utiliser des logiciels de communication. Utiliser, par exemple, des logiciels de courrier électronique pour communiquer avec des collègues et pour envoyer des photos numériques, des radiographies, des résultats d'essais en laboratoire et des dossiers médicaux. (2)
  • Utiliser Internet. Utiliser, par exemple, des navigateurs Internet et cliquer sur des sites de médecine vétérinaire placés dans leurs favoris pour effectuer des recherches dans des bases de données. Accéder, s'il y a lieu, à des salons de clavardage ou à des listes de distribution pour trouver des renseignements médicaux précis. (2)
  • Utiliser d'autres applications logicielles et informatiques. Insérer, par exemple, des cartes de mémoire flash dans des ports USB pour télécharger des photographies numériques d'animaux et des radiographies dans l'ordinateur de bureau. (2)
  • Utiliser, au besoin, des tableurs. Créer et modifier, par exemple, des catégories de budget ou analyser des données de recherche à l'aide d'outils de création de tableurs. (3)
  • Utiliser des bases de données. Utiliser, par exemple, des logiciels spécialisés de gestion de l'information pour accéder à des renseignements médicaux sur des animaux recevant des soins, pour les enregistrer, les classer et les entreposer, ainsi que pour préparer la facturation. (3)
Renseignements supplémentairesAutres compétences essentielles :

Travail d'équipe

Les vétérinaires travaillent de façon autonome et au sein d¿équipes afin de fournir des services vétérinaires aux animaux. Plusieurs vétérinaires exploitent leur propre exercice privé de façon autonome ou en collaboration avec d¿autres vétérinaires. De plus en plus de vétérinaires travaillent en partenariat ou en équipe afin de pouvoir fournir des soins continus aux clients et de partager les coûts d¿exploitation d¿une entreprise. Ceux employés par l¿industrie ou le gouvernement travaillent de façon autonome afin de fournir des services vétérinaires et d¿inspection aux animaux sur le terrain, dans les fermes, les parcs d'engraissement et d¿autres installations animales, mais également dans un contexte élargi d¿équipes d¿employés. Dans les laboratoires et les installations de recherche, les vétérinaires travaillent de façon autonome afin d¿analyser les échantillons pour essai et les données, et ils pratiquent des autopsies. Dans les plus grandes cliniques, entreprises, hôpitaux et zoos, l¿accent est davantage mis sur le travail d¿équipe afin de fournir un éventail de services vétérinaires et de coordonner les soins offerts jour et nuit.

Les vétérinaires sont aidés par un bon nombre d¿employés de soutien, y compris les technologues et techniciens en santé animale, les préposés aux soins des animaux, les gardiens de zoo, les travailleurs dans les parcs d¿engraissement et les techniciens de laboratoire. Les technologues et les techniciens aident avec les tâches médicales, les préposés aux soins fournissent des soins de routine et effectuent des tâches d¿entretien, et les employés de bureau s¿occupent des tâches administratives. En tant qu¿employeurs ou superviseurs, les vétérinaires doivent diriger les autres. (3)

Formation continue

Les vétérinaires ont besoin de formation continue pour demeurer au courant des nouvelles maladies, des nouveaux traitements et des tendances en médecine vétérinaire. Au Canada, chaque province réglemente l'octroi de licences aux vétérinaires. On peut exiger des vétérinaires qu'ils suivent des cours de formation continue pour conserver leur droit d'exercice. Les vétérinaires se voient offrir, par des associations provinciales, des organismes consacrés à des espèces particulières, l'Association canadienne des médecins vétérinaires et des organismes internationaux, des possibilités d'apprentissage et de perfectionnement professionnel.

La formation des vétérinaires se fait souvent par la lecture, de façon autonome, de textes médicaux, de revues spécialisées et de publications professionnelles. Ils apprennent aussi en discutant avec d'autres vétérinaires dans le cadre de conférences provinciales, nationales et internationales et de séminaires professionnels offerts par les associations provinciales. Ils apprennent aussi dans le cadre de leur pratique avec les animaux dont ils s'occupent. Certains vétérinaires apprennent en participant à des initiatives de recherche. (4)

Date de modification :