Compétences Technologue en santé animale autorisé/autorisée près de Windsor (ON)

Voici les compétences généralement requises pour exercer le travail de technologue en santé animale autorisé/autorisée au Canada. Les compétences fournies s’appliquent à l’ensemble des Technologues en santé animale et techniciens/techniciennes vétérinaires (CNP 3213).

Tâches

  • Manipuler, immobiliser et prendre soin des animaux pendant les traitements et la chirurgie
  • Aider le chirurgien vétérinaire avant, pendant et après les opérations
  • Préparer et administrer les médicaments et les vaccins, sous la direction du vétérinaire
  • Administrer les traitements prescrits par le vétérinaire
  • Exécuter certains soins particuliers tels que l'identification des animaux, le décornage et les soins des sabots
  • Donner des conseils aux clients sur les soins de santé animale
  • Faire des recherches en laboratoire ou y participer
  • Produire des radiographies en vue du diagnostic, prélever des échantillons et faire d'autres tests d'analyse diagnostique
  • Gérer un bureau de vétérinaire
  • Effectuer des procédures dentaires de routine et aider les dentistes vétérinaires
  • Dispenser des soins infirmiers aux animaux et s'occuper de leur réadaptation
  • Soigner et panser les plaies

Habiletés et connaissances

Consultez la liste des habiletés et connaissances habituellement requises pour exercer cette profession.

Compétences essentielles

Voyez comment les 9 compétences essentielles s’appliquent à cette profession. Cette section sera mise à jour bientôt.

Lecture
  • Lire les étiquettes des médicaments concernant les utilisations cliniques, les mesures de précaution, les risques potentiels et les effets secondaires des médicaments. (1)
  • Lire les commentaires et les directives de traitement inscrits dans les dossiers vétérinaires et les dossiers d'hospitalisation. Lire, par exemple, les commentaires du vétérinaire concernant la réaction des animaux aux médicaments. Les techniciens et technologues travaillant dans des jardins zoologiques lisent, au besoin, les notes des préposés aux animaux. (2)
  • Lire les directives concernant les soins à domicile avec le client pour s'assurer qu'il comprend comment dispenser les soins à son animal et comment changer les pansements et administrer les médicaments. (2)
  • Lire les catalogues, les circulaires, les brochures et les annonces électroniques des fournisseurs de produits pharmaceutiques et d'aliments pour animaux de compagnie pour connaître les nouveaux produits d'hygiène vétérinaire sur le marché. (2)
  • Lire les manuels concernant l'équipement pour apprendre comment étalonner, utiliser, entretenir et réparer l'équipement de laboratoire (centrifugeuses, microscopes et balances numériques). (3)
  • Lire, s'il y a lieu, des revues spécialisées pour connaître les progrès en matière de santé animale. (4)
  • Étudier les techniques vétérinaires dans des manuels et des ouvrages de référence en médecine vétérinaire. Comprendre la terminologie médicale utilisée dans ces manuels pour appliquer les méthodes de traitement et aider les vétérinaires au niveau du diagnostic et des traitements. Les technologues et les techniciens en santé animale oeuvrant dans des laboratoires utilisent des guides de référence médicale en matière de cytologie et d'hématologie vétérinaire pour aider à analyser les échantillons de cellules. (4)
Utilisation de documents
  • Lire les indications sur les ordonnances et les étiquettes des médicaments pour connaître la posologie, la date de péremption, les mises en garde et d'autres renseignements. (1)
  • Inscrire le numéro d'identification de l'animal, la date et l'heure, le réglage de l'appareil à rayons X, les médicaments employés et les quantités administrées ou prescrites dans le registre pharmaceutique, anesthésique ou radiographique. Remplir avec précision les registres pharmaceutique et anesthésique afin de respecter les exigences de la loi concernant l'utilisation des médicaments contrôlés et des narcotiques. (2)
  • Inscrire la quantité, le nom et le prix des produits sur les bons de commande des fournitures auprès des compagnies pharmaceutiques et des compagnies de fabrication d'aliments pour animaux de compagnie. Examiner les factures pour vérifier que les produits inscrits sur le bon de commande ont été livrés. (2)
  • Remplir les formulaires de commande des laboratoires selon les indications du vétérinaire. Choisir parmi une liste de plus de soixante procédures d'essai et tests concernant les animaux lors de commandes importantes. (2)
  • Examiner le formulaire de consentement avec les clients pour s'assurer qu'ils comprennent les techniques vétérinaires qui sont autorisés par le formulaire et les coûts qui leur sont associés. (2)
  • Utiliser le tableau de posologie pour établir la dose exacte de médicament à administrer aux animaux selon le genre, la race et le poids de l'animal. La tâche est souvent complexe parce qu'il faut choisir différents tableaux selon les différentes espèces, races ou tailles des animaux. (3)
  • Remplir de nombreux formulaires médicaux et de réglementation, notamment des formulaires d'accueil, des dossiers d'examen, des registres de chirurgie, des dossiers d'hospitalisation, des certificats sanitaires et des formulaires d'euthanasie. Inscrire sur ces formulaires le numéro d'identification de l'animal, les données statistiques sur la santé, des observations et les médicaments administrés. Certains formulaires, comme les fiches de traitement dentaire, incluent des esquisses d'animaux sur lesquels on peut indiquer les zones atteintes. (3)
  • Examiner les radiographies pour vérifier que les images sont suffisamment claires aux fins de diagnostic. (3)
  • Consulter les dessins d'assemblage pour démonter ou nettoyer l'équipement comme le VetTest Chemistry Analyzer. (3)
  • Consulter les images, les diagrammes et les dessins anatomiques d'animaux dans la documentation médicale. Utiliser, par exemple, au besoin, des fiches de traitement dentaire pour expliquer au client comment brosser les dents de son chien. (3)
Rédaction
  • Rédiger, s'il y a lieu, des notes à l'intention des collègues travaillant sur d'autres quarts de travail pour les informer des tâches qui ne sont pas terminées (nettoyage, stérilisation ou analyses) et des détails concernant les soins à administrer aux animaux qui leur ont été confiés. (1)
  • Rédiger, s'il y a lieu, de courtes directives pour les soins à domicile à l'intention des clients qui ramènent leur animal à la maison après une chirurgie ou un traitement. Montrer, par exemple, au besoin, à un client comment vérifier chaque jour le plâtre chez son cheval blessé et s'assurer qu'il n'est pas mouillé ou souillé au-dessus du boulet. (2)
  • Inscrire des notes dans le dossier médical de l'animal pour consigner les antécédents médicaux des animaux, les symptômes manifestés, les diagnostics et les traitements. La plupart des notes sont courtes, rédigées en style télégraphique, mais elles peuvent être plus longues lorsqu'il faut décrire des problèmes de santé inhabituels et consigner les directives détaillées en matière de soins prescrits par le vétérinaire. (2)
  • Rédiger des ébauches de lettres aux compagnies d'assurance et de lettres pour diriger des clients vers d'autres vétérinaires ou spécialistes de la santé animale. Ces ébauches donnent une brève description du cas, de l'avis médical du vétérinaire et du traitement recommandé. (2)
CalculCalculs monétaires
  • Calculer le montant des services en fonction des honoraires établis et recouvrer les paiements auprès des clients. Ajouter le coût des analyses de laboratoire, des fournitures, des aliments pour animaux et des médicaments, ainsi que les taxes de vente fédérale et provinciale applicables. (2)
Calendriers des budgets et des opérations comptables
  • Suivre les schémas d'administration des médicaments ou de traitement qui indiquent l'heure et les doses requises pour les différents animaux. (2)
  • Fixer des rendez-vous et modifier les horaires en fonction des interventions d'urgences et des annulations. (2)
Mesures et calculs
  • Utiliser des balances étalonnées, des tasses graduées et des seringues pour mesurer des quantités précises de nourriture et des volumes de médicament qu'il faut administrer aux animaux hospitalisés. (1)
  • Peser des animaux à l'aide de balances de tailles diverses. Soustraire son poids du poids total pour connaître le poids de l'animal si quelqu'un doit tenir l'animal. (2)
  • Mesurer les fonctions vitales des animaux à l'aide de divers appareils (sphygmomanomètres, thermomètre rectal, appareils de surveillance neuroélectrique). Écouter, s'il y a lieu, la respiration et le rythme cardiaque à l'aide d'un stéthoscope, pour calculer le pouls et la fréquence respiratoire. (3)
  • Calculer la dose de médicament à administrer aux animaux selon leur taille. Les vétérinaires et technologues en santé animale fixent, par exemple, au besoin, la vitesse de perfusion d'un liquide par voie intraveineuse à dix centimètres cubes par période de vingt-quatre heures. (3)
Analyses des données numériques
  • Comparer la quantité de nourriture et d'eau ingérée et excrétée par un animal hospitalisé pour vérifier la perte de liquide et déceler un problème de digestion. (1)
  • Faire l'inventaire et commander d'autres fournitures médicales et de la nourriture pour animaux afin de maintenir le niveau des stocks. (2)
  • Analyser les signes vitaux comme la température, la fréquence cardiaque et la fréquence respiratoire et la pression sanguine pendant une chirurgie et à la suite d'un traitement pour surveiller l'état de santé d'un animal. Comparer les lectures des signes vitaux aux valeurs normales et surveiller les valeurs qui ne correspondent pas à la normale et celles qui peuvent dénoter une infection ou un trouble possible. (2)
Calcul approximatif
  • Estimer, s'il y a lieu, le poids des gros animaux (chevaux, bétail). (1)
  • Estimer les quantités de fournitures médicales et de produits nutritionnels afin d'ajuster les commandes selon la période de l'année, la demande des consommateurs et l'essor de l'entreprise. Estimer, par exemple, plus de fournitures médicales et d'aliments pendant la saison de vêlage. (2)
  • Évaluer, s'il y a lieu, le coût des services vétérinaires et des produits d'hygiène vétérinaire. Se fonder sur l'expérience de cas semblables pour estimer les coûts. Les estimations doivent être relativement précises afin que les clients puissent prendre des décisions concernant le traitement de leur animal. (2)
Communication verbale
  • Parler aux animaux dont on doit prendre soin, en particulier les animaux de compagnie, pour les réconforter et les rassurer. Donner des ordres aux chiens ou aux chevaux, par exemple, pour que l'animal avance, s'assoit, se tienne debout ou donne la patte aux fins d'examen. (1)
  • Communiquer avec les distributeurs de produits pharmaceutiques et de produits nutritionnels pour commander des fournitures, connaître les nouveaux produits sur le marché et régler des problèmes de paiement et de livraison. (2)
  • S'entretenir avec des collègues d'autres cliniques vétérinaires pour échanger des informations sur les dossiers médicaux et discuter des détails de cas inhabituels ou complexes. (2)
  • Faire, s'il y a lieu, des présentations pour informer des écoles et des groupes communautaires des services vétérinaires et des soins aux animaux. (2)
  • Communiquer avec des collègues pour discuter des horaires, des rendez-vous, des fonctions et des soins dispensés aux animaux. (2)
  • Communiquer avec les clients par téléphone pour confirmer des rendez-vous ou en fixer d'autres. Poser, s'il y a lieu, des questions pour obtenir des renseignements sur les antécédents médicaux de l'animal, les symptômes observables et les comportements qui aideront le vétérinaire à poser un diagnostic et à recommander un traitement. Faire des appels de suivi pour vérifier l'évolution de l'état de santé de l'animal après un traitement ou une chirurgie. (2)
  • Recevoir les consignes du vétérinaire. Suivre, par exemple, les directives pour manipuler l'animal, prendre des mesures d'hygiène, manipuler les instruments de chirurgie et administrer les médicaments lorsque le vétérinaire examine ou traite un animal. Discuter des détails des cas et tenir le vétérinaire au courant des soins administrés à l'animal, des activités cliniques quotidiennes, des demandes des clients et des horaires. (2)
  • Conseiller les clients sur les soins généraux aux animaux comme l'alimentation, l'hébergement, le toilettage et le nettoyage des animaux. Expliquer aux clients, s'il y a lieu, de quelle façon appliquer les régimes de traitement et administrer les médicaments prescrits par le vétérinaire. Rassurer et réconforter les clients inquiets mais en se gardant de donner des conseils vétérinaires ou de répondre à des questions liées à la santé qui dépassent leurs compétences. Répondre aux plaintes des clients et négocier des options de paiement. Le vétérinaire doit participer aux discussions si le client est toujours insatisfait ou a des inquiétudes au sujet de la santé de son animal. (3)
  • Organiser des cours de soins aux animaux de compagnie, des cliniques de dressage pour chien et de formation similaire à l'intention des propriétaires d'animaux. (3)
Capacité de raisonnementRésolution de problèmes
  • S'adapter aux pénuries de fournitures médicales. Communiquer avec les représentants des compagnies pharmaceutiques pour vérifier l'état des commandes et confirmer la date à laquelle les fournitures devraient être livrées. Communiquer avec d'autres cliniques vétérinaires pour organiser des prêts d'urgence ou remettre les rendez-vous pour lesquels on en a besoin si les fournitures (médicaments) ne sont pas arrivées au moment de leur administration. (2)
  • Déterminer quand les radiographies sont inacceptables parce que l'image n'est pas claire ou que la position de l'animal est mauvaise. Ajuster les réglages de l'appareil, replacer l'animal en bonne position et prendre de nouvelles radiographies. Dans la mesure du possible, demander l'autorisation du vétérinaire, car les radiographies supplémentaires augmentent les coûts. (2)
  • Régler les conflits d'horaire lorsque les animaux requièrent des soins d'urgence. Remettre les rendez-vous du vétérinaire pour recevoir l'animal en crise et téléphoner aux clients pour annuler leur rendez-vous ou en fixer un nouveau. (2)
  • Recevoir les plaintes des clients qui ne sont pas satisfaits des services vétérinaires et des coûts. Prendre en considération les frustrations des clients, fournir le plus d'information possible concernant les questions de santé ou de coûts connexes, et documenter les plaintes. Négocier, s'il y a lieu, des plans de paiement si la plainte concerne les coûts. (2)
  • Constater que l'équipement et les instruments médicaux ne fonctionnent pas correctement. Lire les manuels et suivre les instructions pour déceler les défaillances mécaniques. Téléphoner aux fabricants pour obtenir de l'aide technique et prendre des dispositions pour obtenir les services d'un technicien en réparations si incapable de résoudre le problème. (2)
  • Constater que les animaux dont il doit s'occuper sont agités ou ont mauvais caractère. Demander l'aide du vétérinaire, d'un préposé, d'un technologue, ou d'un autre technicien pour contenir ou maîtriser l'animal peu coopératif en lui administrant un sédatif. Faire en sorte de manipuler et de transporter les gros animaux ou les animaux sauvages en utilisant des systèmes de sécurité et des voies de sortie pré-déterminées. (3)
Prise de décision
  • Décider d'augmenter ou de diminuer le taux d'administration du liquide anesthésique pendant une chirurgie pour tenir compte de la modification des signes vitaux et des mouvements de l'animal. Une dose trop importante d'anesthésique constitue un risque pour la santé de l'animal, mais une dose insuffisante provoque un réveil prématuré de l'animal. (2)
  • Décider que l'animal a besoin de soins médicaux immédiats. Prendre en compte la description donnée par le client des problèmes et des symptômes de l'animal, et dans le cas de visite sans rendez-vous, d'un examen visuel de l'animal. (3)
Pensée critique
  • Peuvent évaluer la santé des échantillons de tissus, de sang et de sperme à l¿aide de microscopes dans le but d¿analyser les niveaux de concentration, la mobilité, la morphologie, la couleur et le rapport entre les cellules ou les spermatozoïdes anormaux et ceux en santé. Les résultats des évaluations sont assujettis à la vérification et à l¿autorisation des vétérinaires. (2)
  • Évaluer les produits à finalité nutritionnelle et émettent des recommandations aux clients. Ils lisent les renseignements sur les produits dans les revues spécialisées et dans les brochures envoyées par les fournisseurs. Ils parlent aux collègues et aux propriétaires d¿animaux de leur expérience. Ils tiennent compte de la race, de l¿âge, du poids vif et des antécédents médicaux des animaux avant de suggérer des produits. (3)
  • Juger des risques de se faire donner un coup de pied, de se faire foncer dessus ou de se faire attaquer par des animaux en détresse. Ils tiennent compte de la taille et de la race de l¿animal et évaluent les changements dans le comportement ou les mouvements de celui-ci qui pourraient signaler une attaque imminente. Un bon jugement est nécessaire, car certains gros animaux sauvages peuvent agir de façon imprévisible et pourraient causer des blessures sérieuses. (3)
  • Évaluer la santé des animaux qui restent en pension, qui sont hospitalisés ou qui se remettent d¿une opération. Ils mesurent les fréquences cardiaque et respiratoire, la pression sanguine et les variations de température au fil du temps afin de surveiller les changements. Ils évaluent les mouvements, l¿attitude, l¿appétit et les comportements des animaux, et ils examinent les blessures ou les incisions afin de trouver des signes de guérison ou d¿infection. Ils évaluent les niveaux de douleur en observant les réponses des animaux au toucher et font la synthèse des résultats obtenus afin de fournir des rapports de la situation aux vétérinaires. (3)
Planification et organisation du travail

Planification et organisation de leur travail

Les technologues ou techniciens en médecine vétérinaire ou en santé animale jonglent avec plusieurs tâches et travaillent seuls pour offrir un soutien clinique au vétérinaire. Leur horaire est en fonction des rendez-vous avec les clients. Les chirurgies sont en général effectuées le matin et la priorité est accordée aux animaux qui exigent des soins intensifs. Les technologues ou techniciens en médecine vétérinaire ou en santé animale qui travaillent dans de grandes cliniques vétérinaires, des hôpitaux et en pratique mixte doivent parfois se déplacer systématiquement pour assurer le service dans des régions assignées tandis que ceux qui oeuvrent dans de petites cliniques doivent souvent assurer tous les services cliniques, notamment la réception. Les interruptions sont fréquentes et il faut être prêt à modifier son horaire pour répondre aux demandes des vétérinaires, aux demandes de service saisonnières et aux appels d'urgence. (3)

Planification et organisation du travail des autres

Les technologues et techniciens supérieurs en santé animale et en médecine vétérinaire peuvent planifier le travail d'employés subalternes, des bénévoles et de stagiaires. Ils peuvent participer à la planification stratégique et opérationnelle des cliniques et des entreprises qui les emploient. (3)

Utilisation particulière de la mémoire
  • Se rappeler les abréviations et les codes pour commander les analyses de laboratoire et déterminer les services vétérinaires pour les dossiers.
  • Mémoriser les noms, les rapports et les formules pour mélanger les médicaments les plus souvent utilisés et calculer les doses de médicaments.
  • Se rappeler le nom des animaux et de leur propriétaire ou de la personne qui en a la garde, ainsi que la nature de leurs demandes de service pour établir de bons liens avec la clientèle.
Recherche de renseignements
  • Chercher des renseignements sur les spécifications nutritionnelles et pharmaceutiques, les risques et les doses ou les portions recommandées, figurant sur les emballages d'aliments pour animaux et les étiquettes de produits pharmaceutiques et dans les ouvrages de référence en médecine vétérinaire. (1)
  • Obtenir des renseignements sur les animaux et leurs antécédents médicaux en lisant les notes de cas dans le dossier. Étudier le dossier de vaccination et d'hospitalisation, parler au propriétaire et effectuer un premier examen de l'animal. (2)
  • S'informer des possibilités de formation en santé animale ou en médecine vétérinaire en lisant des revues spécialisées et en consultant le site web des associations provinciales et nationales comme l'Association canadienne des techniciens et des technologistes en santé animale. (2)
  • Consulter des manuels de médicine vétérinaire, des revues spécialisées et des ouvrages de référence pour se renseigner sur les maladies, les symptômes, les techniques chirurgicales, les traitements médicamenteux, les effets secondaires et les mesures de prévention. Chercher des informations précises pour les vétérinaires. (3)
Technologie numérique
  • Utiliser des logiciels de traitement de texte. Rédiger, par exemple, des directives pour les soins à domicile et remplir les étiquettes de prescription à l'aide de gabarits. (2)
  • Utiliser s'il y a lieu, des tableurs. Créer, par exemple, des listes de commande de fournitures et des registres de stock, entrer des données et utiliser des formules pour calculer les totaux et les moyennes. (2)
  • Utiliser des logiciels de communication. Utiliser, par exemple, les logiciels de courrier électronique pour communiquer avec les fournisseurs de produits pharmaceutiques et des collègues d'autres cliniques vétérinaires. Échanger des radiographies et des dossiers médicaux avec d'autres cliniques vétérinaires à l'aide de la messagerie électronique. (2)
  • Utiliser Internet. Consulter, par exemple, les bases de données des fournisseurs pour connaître les produits et les prix. Entrer le mot de passe et se brancher à des serveurs protégés pour faire des achats en ligne. (2)
  • Utiliser des bases de données. Utiliser, par exemple, des logiciels spécialisés de gestion de l'information pour entrer, stocker et saisir des renseignements médicaux sur les animaux recevant des soins. Ces bases de données servent aussi à faire l'inventaire des fournitures pharmaceutiques et d'aliments et à gérer la facturation. (3)
Renseignements supplémentairesAutres compétences essentielles :

Travail d'équipe

Les technologues et techniciens en santé animale aident les vétérinaires avec les services cliniques et fournissent un soutien administratif, au besoin. Ils passent habituellement la moitié de leur temps à aider les vétérinaires à s¿occuper des animaux ainsi qu¿à aider avec les traitements et les opérations des animaux. Ils passent le reste du temps à nettoyer les enclos des animaux, à préparer les pièces pour les opérations et les examens, à effectuer des tâches techniques comme prélever des échantillons ainsi qu¿à effectuer des tâches administratives, le tout de façon autonome. Ceux qui travaillent dans les zoos et les plus grandes cliniques vétérinaires doivent souvent intégrer leur travail avec les gardiens de zoo, les préposés aux soins des animaux, les vétérinaires et les autres technologues et techniciens. Dans certaines cliniques, les technologues principaux peuvent superviser d¿autres technologues et techniciens. (2)

Formation continue

Les technologues et les techniciens en santé animale ou en médecine vétérinaire doivent demeurer au courant des nouvelles maladies, des nouveaux traitements et des nouveaux produits vétérinaires. Leur apprentissage se fait principalement par le travail avec des vétérinaires compétents et par la lecture de manuels, de revues spécialisées et de revues cliniques. Ils participent à des ateliers et à des conférences organisés par leurs associations professionnelles et à des colloques organisés par des fournisseurs pour connaître les nouveaux produits et les nouveaux appareils. Ils assistent à des cours de brève durée pour acquérir des compétences pratiques en laboratoire et partagent souvent leurs nouvelles connaissances avec leurs collègues. Pour être autorisés à pratiquer, ils doivent être affiliés à une association provinciale et respecter les exigences en matière de formation continue. (3)

Sondage à propos de l’information sur le marché du travail
Date de modification :