Compétences Calorifugeur/calorifugeuse près de Vancouver (BC)

Voici les compétences généralement requises pour exercer le travail de calorifugeur/calorifugeuse au Canada. Les compétences fournies s’appliquent à l’ensemble des Calorifugeurs/calorifugeuses (CNP 7293).

Expertise

Les personnes qui exercent cette profession font habituellement appel aux compétences suivantes.

  • Sélectionner le genre de matériaux isolants requis
  • Mesurer et couper les matériaux isolants à la forme et aux dimensions requises à l'aide d'outils manuels et électriques
  • Appliquer et fixer de l'isolant selon les méthodes de pulvérisation, soufflage, encollage, bridage, rubannage ou autre méthode d'application et d'installation
  • Placer l'isolant autour des obstacles et entre les poutres et les entretoises
  • Installer les pare-vapeur et des produits ignifugent
  • Étendre le ciment hydrofuge ou un autre matériau sur les matériaux d'isolation
  • Fabriquer et appliquer des tampons et des matelas isolants amovibles
  • Assembler, monter et démonter des échafaudages et des dispositifs d'amarrage et de levage
  • Enlever l'amiante, des fibres céramiques, du plomb et des moisissures et de matériaux d'isolation urée-formaldéhyde dans les bâtiments

Habiletés et connaissances

Consultez la liste des habiletés et connaissances habituellement requises pour exercer cette profession.

Compétences essentielles

Voyez comment les 9 compétences essentielles s’appliquent à cette profession. Cette section sera mise à jour bientôt.

Lecture
  • Lire des courtes notes sur des modifications des procédures et des règlements de sécurité. (1)
  • Lire les autorisations d'exécuter des travaux en toute sécurité pour comprendre le type de travail en cours d'exécution. (2)
  • Lire les définitions de tâches pour effectuer les tâches données. (2)
  • À l'occasion, lire des revues comme Insulation Outlook ou The Trowel, pour se tenir au courant des nouveaux procédés, matériaux et équipements. (2)
  • Lire les politiques et procédures de l'entreprise sur des sujets intéressant le personnel, comme les régimes de pension et les congés de maladie. (3)
  • Lire les renseignements à l'intention des membres et les bulletins d'information mensuels distribués par les syndicats concernés. (3)
  • Lire au besoin les règlements de sécurité (p. ex., les indemnisations des accidentés du travail) et les procédures en cas d'urgence (p. ex., les méthodes de verrouillage). (3)
  • Lire au besoin les fiches du système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT), et les étiquettes des nouveaux produits pour bien comprendre et prendre les bonnes mesures de sécurité, comme le port d'un respirateur, et pour apprendre la bonne manière de nettoyer un déversement. Certains de ces renseignements exigent une vérification du règlement de sécurité pour obtenir des détails précis. Par exemple, des renseignements sur la sécurité peuvent recommander le port d'un respirateur, mais une recherche plus approfondie est nécessaire pour connaître le type d'appareil requis. (3)
  • Lire des questions d'examen à choix multiples et des problèmes d'énoncé qui contiennent souvent du jargon et des clauses complexes, qui peuvent contenir des renseignements superflus et exiger qu'ils soient en mesure de synthétiser des renseignements provenant de sources diverses, y compris celles apprises d'expérience, les documents et notes de classe, les règlements de sécurité, etc. (3)
  • Lire des manuels et des documents distribués qui expliquent des procédures, par exemple des types d'adhésifs, de colles de contact et de colles de revêtement, à l'aide de connaissances générales et scientifiques (p. ex.. le facteur K) et le jargon applicable. (4)
Utilisation de documents
  • Lire et rédiger quotidiennement des listes des matériaux requis, y compris les dimensions de tuyaux pour se les rappeler et pour faciliter la planification et l'organisation. (1)
  • Lire quotidiennement des fiches de sécurité, y compris celles du SIMDUT. Par exemple, les procédures de verrouillage exigent la pose d'un panneau, tout comme les espaces restreints et les lieux d'enlèvement de l'amiante. (1)
  • Lire des feuilles d'expédition, au besoin, pour trouver la raison sociale et l'adresse de la compagnie, de même que le nom du chef de chantier. (1)
  • Lire chaque semaine des courtes notes de service, exposant des instructions et des modifications apportées aux règlements de sécurité. (1)
  • Lire, au besoin, les étiquettes de nouveaux produits, pour apprendre les noms, les directives d'utilisation et les précautions à prendre. (2)
  • Rédiger un compte rendu mensuel à titre d'apprenti, en y inscrivant les heures de travail, des renseignements sur la compagnie et les types de travaux effectués. (2)
  • Lire et interpréter des symboles de dessins et de tuyaux, pendant la formation technique et en cours d'emploi, pour déterminer des spécifications. (2)
  • Lire les bons de travail pour déterminer le type, les dimensions et les quantités de matériaux exigeant l'utilisation d'un jargon, d'abréviations et d'un vocabulaire technique. (2)
  • Lire des bleus précisant les spécifications du travail et le type de matériau à utiliser pendant la formation technique et en cours d'emploi, ce qui exige des connaissances et un vocabulaire techniques. Ils peuvent aussi avoir à consulter des sources de renseignements multiples. (3)
Rédaction
  • Rédiger quotidiennement des listes d'instructions et de matériaux comprenant les dimensions des tuyaux, leur circonférence, l'épaisseur de l'isolant, les dimensions des onglets et des bandes. (1)
  • Les apprentis peuvent rédiger des rapports hebdomadaires précisant les heures de travail et le type de travail effectué. (1)
  • Tenir un journal personnel quotidien précisant les heures de travail, les noms de projets, les compagnies pour lesquelles ils ont travaillé, ainsi que les problèmes inhabituels étant survenus. (2)
  • Rédiger, le cas échéant, des comptes rendus d'accidents avec les dates, les noms et une description détaillée de l'accident ou de l'incident. (2)
  • Prendre quotidiennement des notes à partir d'un écran ou d'un tableau, pour consultation future et pour préparer les examens dans le cadre d'un cours de formation technique. (3)
CalculMesures et calculs
  • Mesurer des diamètres de tuyaux et y ajouter l'épaisseur du matériau isolant. (1)
  • Couper du matériau isolant aux formes et mesures demandées, régulières ou non. (3)
  • Utiliser des formules de superficie et de périmètre pour calculer les quantités de matériaux requises pour des formes régulières et irrégulières. (3)
  • Calculer la superficie de surfaces de troncs de cônes, de cônes et d'autres formes. (4)
Calcul approximatif
  • Estimer la quantité de matériaux requise pour exécuter un travail en tenant compte des erreurs de calcul. (2)
Communication verbale
  • Rencontrer des ouvriers d'autres corps de métier pour leur demander s'ils ont terminé leur travail à un endroit pour qu'ils puissent débuter leur propre travail, ou pour déplacer des matériaux qui gênent. (1)
  • Parler, au besoin, au répartiteur pour connaître le lieu du travail suivant, sa durée, la raison sociale et l'adresse de la compagnie et le nom du chef de chantier. (1)
  • Rencontrer tous les jours des journaliers, des apprentis et le chef de chantier, pour recevoir des instructions et des mises à jour, et pour transmettre des renseignements sur l'avancement du travail, en utilisant le langage technique et le jargon du métier. Les instructions doivent être bien comprises et exécutées sans perte de temps et de matériaux. (2)
  • Rencontrer chaque semaine les collègues et le chef de chantier, dans le cadre de réunions improvisées pour discuter de questions de sécurité. (2)
  • Résoudre des conflits avec des ouvriers d'autres métiers, avec des arguments sur les responsabilités respectives de chacun, ou déterminer qui est responsable d'une erreur. Par exemple, un tuyau est trop gros pour la pose du matériau isolant dans un espace suffisant. La personne responsable de cette erreur doit défrayer les coûts de correction de cette erreur. (3)
  • Lors de séances annuelles de formation technique, les apprentis discutent de renseignements techniques et de méthodes de résolution de problèmes pratiques avec des camarades de classe et l'instructeur du métier. On s'attend à ce que les apprentis posent des questions et participent aux discussions en classe. (3)
  • Rencontrer des gestionnaires, des agents d'entreprise et des délégués syndicaux, le cas échéant, pour discuter d'information concernant le syndicat et de tout problème de travail. (3)
Capacité de raisonnementRésolution de problèmes
  • Diagnostiquer les pannes des outils mécaniques. (2)
  • Anticiper des problèmes et trouver des solutions immédiates à des situations inattendues, par exemple des matériaux non livrés comme prévu, des pénuries imprévues ou la livraison de matériaux inappropriés. Chaque situation exige un suivi et la recherche de solutions de rechange. (2)
  • Déterminer les endroits où découper, de sorte que le matériau puisse être taillé à la forme désirée. Chaque travail présente des différences et il peut avoir été nécessaire de modifier les plans, en raison de modifications des spécifications originales. Les formes peuvent être irrégulières et l'installation peut être malcommode. (3)
  • Déterminer de quelle façon acheminer des matériaux en ballot à une hauteur de 100 pieds, alors que la seule voie d'accès possible est une échelle métallique verticale. (3)
Prise de décision
  • Décider des mesures à prendre lorsque des outils se brisent (p. ex., tenter de les réparer, les faire réparer ou se servir d'autres outils pour ne pas retarder ou arrêter le travail). (2)
  • Décider comment découper des matériaux avec précision et sans gaspiller. (2)
  • Décider à quel moment transmettre un renseignement permettant au chef de chantier ou à un autre responsable de prendre une décision. (3)
  • Décider des mesures à prendre lorsque des plombiers ou des tôliers ont installé un tuyau sans laisser suffisamment d'espace pour permettre l'installation du matériau isolant approprié. (3)
Pensée critique

Il n'y a pas de renseignements sur la compétence de la pensée critique pour ce profil.

Planification et organisation du travail

Les calorifugeurs (chaleur et froid) planifient et organisent leurs tâches de façon à maximiser la production. Ils savent que le temps, c'est de l'argent et que s'ils ne respectent pas les délais, ils perdront leur emploi. Ils assemblent les matériaux dans l'ordre requis par le travail, de manière à ne pas perdre de temps à rechercher l'outil ou le matériau approprié. Les tâches comprennent l'anticipation et la planification à l'avance, en général une journée à la fois, des outils et matériaux requis; de la livraison des matériaux adéquats au bon journalier ou lieu de travail, en temps voulu; du stockage des matériaux pour pouvoir y accéder facilement, sans qu'ils gênent et sans qu'ils ne deviennent humides; savoir où ces matériaux se trouvent et comment ils sont organisés, et de la manière la plus rapide de les amener du point A au point B sur un nouveau chantier. (3)

Utilisation particulière de la mémoire
  • Se rappeler les dimensions des tuyaux.
  • Se rappeler le règlement de sécurité et les fiches SIMDUT.
  • Se rappeler les listes d'instructions et les tâches quotidiennes jusqu'à leur achèvement.
  • Se rappeler les compétences acquises en formation technique.
  • Se rappeler la méthode utilisée pour résoudre un problème passé et employer cette méthode pour des problèmes semblables.
Recherche de renseignements
  • Demander de l'aide à des collègues ou au chef de chantier. (1)
  • Consulter des manuels pour trouver des renseignements. (1)
Technologie numérique
  • Lors de leur formation technique, les apprentis se servent de logiciels pour créer des systèmes de conduits. (2)
Renseignements supplémentairesAutres compétences essentielles :

Travail d'équipe

Les calorifugeurs (chaleur et froid) travaillent de façon indépendante, en coordonnant leur travail avec les autres travailleurs sur place, y compris les apprentis, les journaliers, les contremaîtres, les superviseurs et les travailleurs d'autres métiers, selon la taille du chantier et le type de travail.

Formation continue

Les calorifugeurs (chaleur et froid) ont un besoin d'apprentissage au travail constant. Des compagnies différentes font les choses différemment sur divers chantiers. Les matériaux et les méthodes d'application changent constamment et les compétences doivent être maintenues à jour. Le règlement de sécurité change aussi. Les calorifugeurs (chaleur et froid) peuvent mettre à jour leurs compétences et en apprendre de nouvelles grâce à leur syndicat, le cas échéant, et à d'autres organismes. Les personnes interrogées ont mentionné qu'il est essentiel de rester au fait des changements survenant dans le métier pour pouvoir bien travailler.

Sondage à propos de l’information sur le marché du travail
Date de modification :